LE FILM DE LA JOURNÉE - Placée sous le double signe des surprises et du suspense, la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 2015 a trouvé une conclusion à sa mesure. La Serbie, qui faisait sa première apparition dans cette compétition en tant que nation indépendante, repart avec le titre. La dernière journée de compétition a rassemblé 25 000 spectateurs au North Harbour Stadium d'Auckland. La frappe victorieuse de Nemanja Maksimovic à la 118ème minute a envoyé les Serbes au septième ciel, tandis que les Brésiliens, quintuples lauréats de l'épreuve, ont dû se contenter de la deuxième place.

Le Mali quitte lui aussi la compétition avec une médaille, après avoir remporté une "petite finale" 100% africaine face au Sénégal. Avec quatre buts et deux penalties arrêtés, la rencontre a été riche en rebondissements et en temps forts. Le héros malien Adama Traoré s'adjuge quant à lui le Ballon d'Or adidas, qui récompense le meilleur joueur du tournoi. Le Gant d'Or du meilleur gardien et le Soulier d'Or du meilleur buteur ont été attribués respectivement au Serbe Predrag Rajkovic et à l'Ukrainien Viktor Kovalenko.

Résultats
Match pour la troisième place
Sénégal 1:3 Mali
Finale
Brésil 1:2 Serbie a.p.

Les buts
Sénégal-Mali, 1:2, Adama Traoré (83')
En expédiant un somptueux coup franc de 25 mètres dans la lucarne à 16 minutes du coup de sifflet final, Adama Traoré croyait sans doute avoir inscrit le plus beau but de la partie. En tribunes, personne ne l'imaginait un instant capable de faire encore monter les enchères. Mais le Mali et son attaquant ont pris l'habitude de déjouer tous les pronostics depuis le début du tournoi. Alors que les deux équipes sont encore à égalité, trois défenseurs sénégalais tentent d'enfermer l'attaquant lillois. Celui -ci fait demi-tour et laisse ses trois gardes du corps derrière lui. Impuissants, ils le voient décocher une frappe limpide de son mauvais pied, directement dans l'angle opposé du but.  

Brésil-Serbie, 1:1, Andreas Pereira (74')
Tout au long du tournoi, les Brésiliens se sont appliqués à renouer avec la réputation d'élégance et de talent indissociables du football auriverde. Comme Traoré, Pereira était harcelé par trois défenseurs adverses. Le remplaçant a pourtant réussi à effacer Milan Gajic, Andrija Zivkovic et Maksimovic, au prix d'un dribble fou. Une accélération sur la gauche, un changement brutal de direction et une superbe frappe enroulée plus tard, les deux équipes étaient de nouveau à égalité.

Les moments-clés
Un déluge pour la finale : Les amateurs de rugby et de cricket sont peut-être plus nombreux, mais les passionnés de football en Nouvelle-Zélande n'ont rien à envier à leurs homologues pour ce qui est de l'enthousiasme. Les cieux avaient pourtant décidé de mettre leur détermination à rude épreuve. La pluie est tombée pratiquement sans interruption durant le match pour la troisième place, avant d'effectuer un retour malvenu pendant la finale. Les spectateurs placés dans les trois tribunes découvertes n'ont eu d'autre choix que d'affronter les éléments. Ils l'ont fait stoïquement, supportant le déluge avec aplomb sans jamais cesser d'encourager leurs favoris. Sur le terrain, les joueurs se sont appliqués à les remercier en leur offrant quelques actions de grande classe, malgré des conditions de jeu difficiles.   

Diarra et Traoré à la rescousse : Falaye Sacko sera sans doute célébré comme un héros à son retour. Sous son impulsion, le Mali a franchi un nouveau palier et ramené la médaille de bronze au pays. Mais le milieu de terrain sera sans doute aussi ravi que soulagé. Il aurait très bien pu hériter du rôle peu enviable de bouc émissaire. Non content d'avoir manqué un penalty, le joueur de Djoliba a eu la malchance d'en concéder un autre dix minutes plus tard. Par bonheur, deux de ses collègues se sont chargés de faire oublier ses errements. Adama Traoré a fait le spectacle en signant deux buts de toute beauté, tandis que le gardien Djigui Diarra a repoussé la tentative sénégalaise.

Le savoir-faire du sélectionneur : Boschilia a laissé beaucoup de bons souvenirs dans cette Coupe du Monde U-20. Toutefois, sa réaction lors de son remplacement face à la Serbie ne lui fait pas honneur. Furieux, le joueur de Sao Paulo a expédié un coup de pied rageur en direction du banc brésilien. Pourtant, les faits ont rapidement donné raison à son sélectionneur. Huit minutes plus tard, son remplaçant a réussi à amener cette étincelle de magie qui manquait au jeu de Brésil. Boschilia retiendra la leçon.

Une finale fan-tastique : Dans le coin rouge, des cornes de brume, des drapeaux et des supporters en train de sauter et de chanter ; dans le coin jaune, des sifflets, des tambours, des ballons, des danseurs et des airs de samba. Si la Nouvelle-Zélande voulait découvrir l'ambiance caractéristique d'une Coupe du Monde, c'est désormais chose faite. Les couleurs étaient éblouissantes, le bruit incessant. Les Kiwis présents pour l'occasion ont été séduits. Si les Européens ont quitté le stade ivres de bonheur, les Sud-Américains étaient évidemment inconsolables.

La stat
118 - Le but décisif de Nemanja Maksimovic, inscrit à deux minutes du terme, est le plus tardif de l'histoire de la finale de la Coupe du Monde U-20.

Entendu…
"Je suis très heureux du message que nous avons délivré dans ce tournoi : un message d'unité, de passion, et d'abnégation. J'espère que ce titre aidera à unifier notre peuple qui tend à avoir une vie paisible après 20 ans de lutte" - Veljko Paunovic, sélectionneur de la Serbie