• Le milieu zambien Mumba Mwape explique comment sa formation transcontinentale a façonné son style
• Il a puisé son inspiration sur YouTube, en regardant les vidéos du Brésilien Ronaldo et de Johan Cruyff
• Il assure que la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017 ne fait pas peur aux champions d'Afrique

À deux semaines de son 19ème anniversaire, Mumba Mwape affiche déjà un parcours de globe-trotter, qui l'a conduit dans quatre pays et sur deux continents. Aujourd'hui, il poursuit sa formation au sein de l'équipe junior de Getafe, club du championnat d'Espagne.

Le milieu zambien décrit avec éloquence les différents concepts qu'il a déjà assimilés. "J'ai beaucoup appris d'abord en Suisse, puis à mon retour en Afrique", explique-t-il à FIFA.com. "Le football africain met l'accent sur le physique, l'endurance et le contact. En Espagne, le style est plus technique. Il est axé sur la tactique et la compréhension du jeu. La puissance physique que j'ai acquise en Afrique m'a beaucoup servi. À présent, je travaille les notions techniques et tactiques pour continuer de progresser."

Arrivé à Genève à 9 ans avec son père, qui occupait le poste d'ambassadeur, Mwape s'est rapidement fait une place dans un club de football. "J'ai percé d'emblée en terminant meilleur buteur dès ma première saison. À partir de là, j'ai su ce que je voulais faire."

J'ai beaucoup d'admiration pour les artistes de la trempe d'un Neymar ou d'un Ronaldinho. Ils aiment se jouer de leurs adversaires et ils prennent du plaisir sur le terrain.

Mumba Mwape, milieu de l'équipe U-20 de Zambie

Passer du soleil africain à la neige européenne n'a pas été des plus faciles. "C'était très dur, évidemment. En plus, nous avons déménagé en hiver ! Avec le temps, je me suis tellement bien acclimaté qu'à la fin, je ne voulais plus partir." À son retour en Zambie, Mwape a intégré un centre de formation de football afin de se consacrer à sa nouvelle passion. Mais aux yeux de sa famille, l'école passait avant tout. "Mes parents étaient assez stricts à ce sujet."

Une fois diplômé, il a mis le cap sur l'Afrique du Sud, où il a rejoint l'équipe de jeunes de l'université de Pretoria, avant de repartir en Europe. Parallèlement, il a poursuivi ses études en ligne. Il prépare actuellement un diplôme de gestion des affaires de l'université de Londres, ce qui n'est pas sans présenter quelques difficultés. "C'est très compliqué, parce que je n'ai pas de directeur d'études ou de professeur particulier. Je dois faire beaucoup de recherches par moi-même", commente-t-il. "Mais je commence à me débrouiller."

Un disciple de la Seleção
Il s'est déjà servi d'internet comme outil d'apprentissage par le passé. À l'époque, ses professeurs étaient tous vêtus de jaune canari. "J'ai découvert YouTube à mon arrivée en Suisse", confie le natif de Lusaka en riant. "J'ai regardé de nombreuses vidéos des Brésiliens au début des années 2000 et j'essayais de les imiter ! J'avais toujours entendu ma famille parler du talent du Brésilien Ronaldo, mais quand j'étais petit, j'avais peu accès à la télé ou à des chaînes de sport. Alors YouTube m'a beaucoup aidé. C'était vraiment un grand footballeur. Et j'ai aussi pu découvrir des joueurs comme Johan Cruyff !"

Il ne doute pas que la Zambie sera animée d'un esprit d'équipe à toute épreuve en République de Corée. "Nous formons quasiment une famille. Nous nous entendons très bien et nous faisons tout pour entretenir une bonne ambiance. C'est encore plus facile quand nous obtenons de bons résultats."

Or les résultats sont très bons. Bien que constitués en équipe depuis environ un an seulement, les jeunes Chipolopolo se sont déjà offert le Championnat des moins de 20 ans du COSAFA et la Coupe d’Afrique des Nations U-20 de la CAF.

"Ça a été un grand moment, s'enflamme Mwape à propos de la CAN disputée en Zambie. Le pays tout entier nous a poussés. Tous les matches se sont joués à guichet fermé du début à la fin. Nous avons surfé sur cette dynamique et donné le meilleur de nous-mêmes."

Un groupe relevé, comprenant le Portugal, l'Iran et le Costa Rica, attend la Zambie au premier tour de l'épreuve reine. L'ailier vif-argent n'en retient que les aspects positifs. "Les équipes dangereuses vous obligent à rester concentrés et à déployer votre meilleur football dès le coup d'envoi", conclut-il.