• FIFA.com a rencontré les capitaines finalistes de la Coupe du Monde U-20
  • Yangel Herrera évoque le contexte incroyable du but vénézuélien en demi-finale
  • "C'est une opportunité qui ne se présente qu'une fois dans une vie", lance l'Anglais Lewis Cook

Le Venezuela et l'Angleterre ont rendez-vous en finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2017. Les deux pays feront à cette occasion leur première apparition à ce niveau de la compétition.

Au Stade de la Coupe du Monde de Suwon, les capitaines Lewis Cook et Yangel Herrera conduiront leurs coéquipiers sur le terrain. "C'était une expérience incroyable d'un bout à l'autre. Le simple fait d'être convoqué pour une Coupe du Monde est déjà énorme en soi, mais notre présence en finale relève carrément de l'exploit", confie Cook, le capitaine anglais, à FIFA.com. "C'est une opportunité qui ne se présente qu'une fois dans une vie. Je vais tout faire pour la saisir et vivre ces moments pleinement. Il faut absolument profiter de cette chance."

"Nous avons travaillé dur pour en arriver là", rappelle Herrera. "Nous avons tout donné pour atteindre la finale, pour accomplir ce merveilleux voyage tout au long d'un tournoi magnifique. Si nous sommes là aujourd'hui, c'est parce que nous avons toujours cru en nous."

L'abnégation n'est cependant pas la seule raison de la présence du Venezuela en finale. L'égalisation de Samuel Sosa dans le temps additionnel de la demi-finale est aussi le produit de circonstances exceptionnelles. "Il y a eu une petite discussion pour savoir qui allait tirer le coup franc", révèle l'homme au brassard.

Une dispute et un but
Le sélectionneur Rafael Dudamel avait désigné Sosa pour cette mission cruciale, mais le meneur de jeu Adalberto Penaranda voulait absolument tenter sa chance. "Penaranda ne voulait rien entendre, alors je lui ai dit un peu fermement de laisser Sosa tranquille. Mais Penaranda n'en démordait pas. Il a interdit à Sosa de toucher le ballon et Samuel était prêt à renoncer. Je ne sais pas ce qui s'est passé dans la tête de Penaranda mais au dernier moment, il a fait signe à Samuel d'y aller."

Bien lui en a pris. En transformant l'essai, Sosa a permis au Venezuela d'arracher les tirs au but et, au bout du compte, la qualification pour la finale. 

Cook a connu son heure de gloire beaucoup plus tôt dans le tournoi, dès la première journée contre l'Argentine. "Pour une entrée en matière, nous avons été gâtés", reconnaît le joueur de Bournemouth. "Notre victoire 3:0 nous a fait beaucoup de bien. Un succès comme celui-là fait toujours du bien. Nous n'avons pas forcément été très bons, mais nous l'avons tout de même emporté. Ça nous a permis de prendre les commandes du groupe et de réaliser le parcours qui a suivi."

Mais tous ces événements appartiennent désormais au passé. Le 11 juin prochain, il ne sera pas question de ressasser le passé, mais bien d'entrer dans l'histoire.