• Le Vénézuélien Ronaldo Lucena a été l'un des joueurs les plus percutants de la finale
• Il a tiré un coup franc sur le poteau et s'est battu comme un lion dans l'entrejeu
• Fièrement tourné vers l'avenir, il voit le tournoi comme un tremplin pour Qatar 2022

Triste d'avoir vu ses rêves voler en éclat, Ronaldo Lucena tente d'ignorer les cris de joie venant du vestiaire anglais. Il sait qu'il a toutes les raisons de garder la tête haute. Il quitte la compétition avec à son cou la médaille de vice-champion de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017. "Je la garde au cou par fierté", explique-t-il à FIFA.com dans le tunnel du stade de Suwon. "J'ai beaucoup travaillé pour la gagner. Personne ne m'a fait de cadeau. J'y suis arrivé à force d'efforts et d'humilité. Au Venezuela, la médaille me rappellera de bons souvenirs".

La Vinotinto s'est montrée à la hauteur de l'enjeu et Lucena s'est distingué. Il a distribué les ballons avec simplicité et intelligence, et s'est employé sans relâche à colmater les brèches en défense. "Nous ressentons une certaine amertume, mais c'est le football. Nous avons énormément travaillé pour nous hisser en finale. Nous avons sué sang et eau et nous avons lutté jusqu'au bout. Malgré notre défaite, nous avons écrit une nouvelle page de l'histoire du Venezuela. Nous avons vu les vidéos et nous sommes conscients de ce que nous avons accompli."

Il sait que durant la première période de la finale, ils ont eu "du mal à entrer dans le rythme" imposé par la rapidité des Anglais. Il a eu l'occasion la plus nette de son équipe sur un coup franc aussi surprenant que brillant tiré des 35 mètres, conjuguant vision, audace et technique.

Le début d'une belle histoire ?
"Le sélectionneur m'a dit de garder un œil sur le portier, qui était souvent loin de sa ligne. Quand je me suis arrêté, j'ai vu que c'était le cas. J'ai fait quelques pas comme si je m'apprêtais à centrer, mais avec l'intention de tirer au but". Freddie Woodman a réagi trop tard, malgré sa magnifique envolée, mais la balle s'est écrasée sur le poteau avant de rebondir du mauvais côté. A cet instant, Dominic Calvert-Lewin n'avait pas encore fait parler la poudre...

La prestation des Vénézuéliens s'est nettement améliorée par la suite. "Nous avons davantage dominé la possession, nous avons créé des occasions, mais sans concrétiser malheureusement. Malgré tout, nous avons bien fait les choses, et à cet égard, nous partons satisfaits."

Rafael Dudamel a joué un rôle clé dans le changement de visage de ses protégés à la mi-temps : "Il nous a demandé comment nous nous sentions et si nous avions jeté l'éponge. Il a insisté sur le fait que nous n'en étions qu'au premier acte et que n'avions concédé qu'un but. Il nous a rappelé que nous étions en finale, ce qui n'arrive pas tous les jours, et que nous étions dans notre dernier cycle en U-20. Il nous a énormément motivés."

La Vinotinto rentre au pays forte du titre de vice-championne et de meilleure attaque du tournoi avec 14 buts, ce que Lucena juge d'excellent augure pour l'avenir, parce que "nous avons tous fait très bonne figure sur le terrain". Et l'avenir pourrait bien voir le Venezuela disputer à Qatar 2022 la première Coupe du Monde de la FIFA™ de son histoire. "L'entraîneur nous en parle tout le temps dans ses causeries. Pour lui, notre histoire ne fait que commencer. Ce tournoi peut nous servir de tremplin pour la prochaine Coupe du Monde".