• Marco van Basten recueille les impressions de Pablo Aimar sur la Coupe du Monde U-20
  • L’ancien international argentin évoque les joueurs de République de Corée 2017 promis à un bel avenir
  • Le vainqueur de l’édition 1997 revient sur la performance de l’Argentine

Les pelouses de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, République de Corée 2017 ont regorgé de talents pendant trois semaines. Ce n’était pas mal non plus du côté des tribunes, où quelques grands noms du ballon rond ont trouvé place. Afin de décrypter le tournoi en compagnie des plus fins experts de la discipline, FIFA.com a assisté avant la finale à un échange mené par le responsable du Développement technique de la FIFA, Marco Van Basten, et la Légende FIFA Pablo Aimar.

Ils étaient accompagnés des anciens internationaux suisse et néerlandais Jean-Paul Brigger et Wim Koevermans, tous les deux membres du Groupe d’étude technique de la FIFA, qui analyse les grandes tendances du jeu depuis la Coupe du Monde de la FIFA, Angleterre 1966™. 

Marco van Basten : Pablo, quel regard portes-tu sur ce que tu as vu pendant le tournoi et que penses-tu du niveau d’ensemble ?
Pablo Aimar : Je pense que le niveau a été bon. Les meilleures équipes ont atteint les demi-finales selon moi et toutes les quatre auraient pu disputer la finale. Nous avons néanmoins assisté à une finale de grande qualité.

Van Basten : Tu as remporté la Coupe du Monde U-20 en 1997 en Malaisie. Vingt ans après, comment juges-tu la performance de l’équipe d’Argentine ?
Aimar : On ne peut pas dire qu’elle ait mal joué. Elle n’a pas su concrétiser ses occasions de but, mais elle n’a pas proposé un mauvais football.

Van Basten : As-tu repéré le nouveau Pablo Aimar, Lionel Messi ou Diego Maradona ?
Aimar : Ou le nouveau Van Basten (rires) ?
Van Basten : C’est impossible (rires) !
Aimar : Un nouveau Messi, c’est impossible. Un nouveau Maradona, c’est impossible. Un nouveau Van Basten, c’est impossible. Mais un nouveau Aimar, c’est tout à fait possible (rires).

Van Basten : As-tu observé, parmi les autres équipes du tournoi, des joueurs prometteurs pour l’avenir ?
Aimar : Oui, il y en a beaucoup. Dominic Solanke, Riccardo Orsolini, Federico Valverde, Fashion Sakala, Adalberto Penaranda, Diogo Goncalvez, Xadas. Il y en a un certain nombre, même parmi les Argentins. Ce que je ne sais pas en revanche, c’est le niveau qu’ils parviendront à atteindre, mais il y a assurément beaucoup de belles promesses. Valverde pourrait notamment participer à Russie 2018.

Van Basten : Quelles sont les principales différences entre la Coupe du Monde U-20 et celle des A ?
Aimar : L’intérêt généré auprès du public et la vitesse de jeu. La vitesse est plus élevée chez les A. Il y a davantage d’intensité.

Van Basten : Et techniquement ?
Aimar : C’est inférieur, mais la différence n’est pas aussi grande techniquement qu’au niveau de l’intensité.

Jean-Paul Brigger : Nous avons beaucoup parlé des arbitres assistants vidéo et il est toujours intéressant d’entendre l’avis des anciens joueurs de haut niveau à ce sujet…
Aimar : Je suis en faveur des arbitres assistants vidéo, mais il peut m’arriver de regarder une, deux, trois ou quatre fois les images d’un fait de jeu et de ne toujours pas savoir quelle décision s’impose.
Van Basten : Je peux le comprendre, mais le règlement veut qu’on ne fasse appel aux arbitres assistants vidéo qu’en cas d’erreur évidente et que, s’il existe le moindre doute, la décision revienne à l’arbitre. Cela doit être évident aux yeux de tous avant même qu’ils interviennent. S’il y a discussion, c’est que l’erreur n’est pas évidente.

Van Basten : Pour finir, en tant qu’ambassadeur de République de Corée 2017, qu’as-tu pensé du tournoi ?
Aimar : Je suis vraiment reconnaissant envers tous ceux qui ont assisté aux rencontres. Les tournois comme celui-ci sont très importants.