• Les Anglais Dominic Solanke et Freddie Woodman reviennent sur leurs distinctions personnelles
  • Élu meilleur joueur de la Coupe du Monde U-20, Solanke ne boude pas son plaisir
  • "Je ne m'attendais pas à finir meilleur buteur", confie l'Italien Riccardo Orsolini

Non contente de repartir de République de Corée avec le trophée de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, l'Angleterre a vu deux de ses joueurs se couvrir d'or à titre individuel. Avant que les Young Lions ne montent sur le podium pour fêter le premier triomphe U-20 de leur histoire, leur numéro 10 a soulevé le Ballon d’Or adidas. Quelques secondes plus tôt, le dernier rempart anglais avait reçu le Gant d’Or adidas.

"Quand on m'a dit que j'avais gagné le Ballon d’Or, j'étais fou de joie. C'est une somptueuse récompense, qui vient s'ajouter au trophée de la Coupe du Monde U-20", souligne Solanke au micro de FIFA.com. "Quelle chance extraordinaire d'avoir remporté une compétition aussi importante ! Tout le monde était derrière nous en Angleterre et nous savions que si nous ne commettions aucune erreur, le titre serait à nous. C'est ce qui s'est passé. Mais pour le moment, nous sommes encore sous le choc."

Après avoir marqué sur penalty contre l'Argentine pour l'entrée en lice de l'Angleterre dans le Groupe A, Solanke a pris l'habitude d'inscrire des buts importants. Durant la seconde phase du tournoi, il s'est de nouveau illustré en signant l'unique but de la victoire sur le Mexique en quart de finale, avant de porter son total personnel à quatre unités à la faveur d'un doublé contre l'Italie, dans le dernier carré.

La finale passionnante livrée contre le Venezuela l'a cependant obligé à montrer un autre aspect de son caractère. Contraint de se faire poser plusieurs points de suture au-dessus de l'œil droit, le jeune homme a dû laisser ses partenaires à dix pendant quelques minutes.



Woodman a lui aussi participé au sacre des siens, en repoussant notamment un penalty tiré par Adalberto Penaranda. "C'est un vieux cliché mais tous les gardiens rêvent d'arrêter un penalty en finale d'une Coupe du Monde. Ce qui vient de m'arriver est complètement fou."

Tous les gardiens rêvent d'arrêter un penalty en finale d'une Coupe du Monde.

Freddie Woodman, gardien de l'Angleterre élu Gant d'Or adidas

Le dernier rempart anglais confie toutefois n'avoir jamais eu l'intention de se contenter d'un trophée. "Dès le début du tournoi, je me suis fixé pour objectif d'essayer de remporter le Gant d’Or. Nous en avons parlé avec mon père. Je lui ai dit que je voulais cette récompense, mais que j'avais aussi l'intention de gagner la Coupe du Monde. À ce moment-là, ça paraissait tellement loin."

Son homologue vénézuélien Wuilker Farinez, excellent tout au long de la compétition, a failli briser ce double rêve. "En le voyant multiplier les arrêts, je me suis dit : 'Oh non ! Il va le gagner ! Il va me prendre mon trophée'.", poursuit Woodman en riant. "Maintenant, je suis considéré comme le meilleur gardien du monde à ce niveau. C'est surréaliste."

Un Orsolini cinq étoiles
Malgré leur échec en demi-finale, les Azzurrini se sont adjugé la troisième place après avoir battu l'Uruguay aux tirs au but,. Riccardo Orsolini en a profité pour décrocher le Soulier d’Or adidas avec cinq réalisations.

"Je ne m'attendais pas à finir meilleur buteur", avoue l'intéressé, appelé en renfort à la dernière minute. "Un tel honneur, ça n'arrive pas tous les jours. Je suis tellement fier d'avoir disputé une Coupe du Monde et d'avoir remporté une distinction si prestigieuse. J'ai hâte de voir ce que l'avenir me réserve. J'ai l'impression que rien n'est impossible", se réjouit-il.