Un séminaire de développement du football féminin est prévu les 19 et 20 mai à Rio de Janeiro. Cet événement s'inscrit dans le cadre de l'accord entre la FIFA et la Confédération brésilienne de football (CBF) pour la mise en place du Fonds d'héritage de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Venus des quatre coins du pays, des joueuses, des entraîneurs et des arbitres, ainsi que tous les principaux acteurs au niveau national étaient présents ce 19 mai pour le coup d'envoi de cette réunion.  

Ce séminaire doit servir de point de départ pour dresser un état des lieux du football féminin au Brésil et définir un plan stratégique pour chaque région, à partir des ressources du Fonds d'héritage. En tout, 15 pour cent des 100 millions de dollars qui composent le fonds seront alloués au développement du football féminin.

Gregory Engelbrecht, responsable des programmes de développement de la FIFA, et Mayi Cruz Blanco, directrice du développement du football féminin de la FIFA, ont présenté la discipline comme un outil au service du changement, capable d'offrir de nouveaux débouchés aux jeunes filles et aux femmes du monde entier.  

"Les Brésiliens adorent le football. Ce pays a produit quelques-unes des meilleures joueuses de la planète sur le plan technique", a rappelé Cruz Blanco. "Le Brésil est aujourd'hui la cinquième nation la plus peuplée au monde. Ses possibilités au niveau du football de base sont énormes. Tous les ingrédients du succès sont réunis ici."

"Nous allons travailler aux côtés de la CBF afin de nous assurer que les structures d'investissement et de contrôle appropriées seront mises en place pour le football féminin et le Fonds d'héritage. Notre capacité à intégrer d'anciennes footballeuses aux postes d'entraîneurs, d'arbitres, d'administrateurs et de dirigeants sera un élément capital de notre réussite."

En ouverture du séminaire, le président de la CBF Marco Polo del Nero a souhaité la bienvenue aux participants et rappelé l'obligation morale de la CBF à faire évoluer la situation du football féminin au Brésil, avec l'aide du Fonds d'héritage. "Nous devons ouvrir de nouveaux espaces aux jeunes filles dans les écoles et dans les clubs. Nous en sommes capables, grâce à la collaboration de la FIFA et des différents organes de gouvernement."   

L'internationale brésilienne Formiga, qui compte cinq participations à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ à son actif, a souligné l'importance de ce séminaire. "C'est une victoire. Qui aurait pu imaginer que nous organiserions un tel événement, consacré uniquement au football féminin ? Ce n'est qu'un premier pas, nous le savons. Mais c'est une étape décisive pour l'avenir de notre sport."