Trois grandes compétitions internationales féminines étaient programmées en mars. À tout seigneur, tout honneur : la SheBelieves Cup a réuni aux États-Unis quatre des cinq premiers du Classement mondial féminin FIFA. Au terme de débats enlevés, la France a remporté l'édition 2017. Les prestigieuses Coupe de l'Algarve et Coupe de Chypre ont également livré leurs verdicts. Là encore, les sélections européennes ont fait la loi. FIFA.com revient sur les temps forts de la semaine écoulée.   

La France triomphe aux États-Unis
Pour la deuxième année consécutive, la SheBelieves Cup a rassemblé le gratin du football féminin mondial aux États-Unis. Championnes du monde en titre, les Américaines ont pu se mesurer aux championnes olympiques allemandes, mais aussi aux Anglaises et aux Françaises. Pour les trois sélections européennes, ce rendez-vous était l'occasion de se situer à l'approche de l'UEFA EURO féminin, qui aura lieu en juillet aux Pays-Bas.

Aucune des quatre sélections en lice n'a réussi à remporter ses trois matches, ce qui témoigne de l'homogénéité du niveau. La première journée a vu la France s'imposer 2:1 face à l'Angleterre, pendant que les Américaines l'emportaient sur la plus petite des marges (1:0) devant l'Allemagne. Par la suite, les Stars and Stripes ont mordu la poussière face aux Three Lionesses sur une frappe victorieuse d'Ellen White dans les dernières minutes. Parallèlement, le choc entre les Bleues et la Nationalmannschaft s'est conclu sur un nul vierge.

Pour finir, les Françaises ont largement dominé les Américaines 3:0. Camille Abily a rapidement donné l'avantage aux Tricolores sur penalty, avant qu'Eugénie Le Sommer ne double la mise. Au retour des vestiaires, Abily a signé le troisième et dernier but de son équipe. De son côté, l'équipe entraînée par Steffi Jones a bouclé le tournoi sur une note positive, en disposant (1:0) de l'Angleterre pour s'adjuger la deuxième place. L'unique but de la partie est à mettre au crédit d'Anja Mittag.

Classement final : France (7 points), Allemagne (4), Angleterre (3), États-Unis (3)

L'Espagne détrône le Canada
Après avoir réduit son plateau à huit équipes l'an passé en raison de la concurrence avec d'autres compétitions, la Coupe de l'Algarve accueillait de nouveau 12 concurrents. Comme en 2016, le Canada a tracé sa route jusqu'en finale. Les protégées de John Herdmann ont validé leur billet pour le match décisif après avoir enregistré deux victoires contre le Danemark (1:0) et la Russie (2:1) en phase de groupes, succès auxquels s'ajoute un nul vierge face au Portugal.  

Dans le Groupe B, l'Espagne n'a pas hésité à bousculer l'ordre établi. La Roja a ainsi dominé le Japon (2:1) et la Norvège (3:0) pour s'adjuger la première place, malgré le partage des points face à l'Islande (0:0). Sur leur lancée, les Espagnoles ont écrit une belle page d'histoire. Un but de Leila Ouahabi leur a suffi à prendre le meilleur sur les Canadiennes en finale. Elles remportent donc le tournoi dès leur première participation, un triomphe de bon augure à quelques mois de l'UEFA EURO féminin, où la Roja affrontera l'Angleterre, l'Écosse et le Portugal au premier tour.

"La Coupe de l'Algarve est un tournoi important, sans doute l'un des meilleurs au monde", a rappelé Herdmann en conférence de presse. "On y trouve des équipes venues d'Asie, d'Europe et d'Amérique. Ce mélange fait sa force. C'est l'occasion de se confronter à des styles de jeu différents et celui de l'Espagne nous a fait du bien. Nous avons trouvé un adversaire de qualité en finale. Les Espagnoles ont montré de quoi elles étaient capables pendant cette compétition. Elles sont prêtes pour l'Euro."

Également qualifiée pour l'Euro féminin, la Norvège a bouclé son parcours à la onzième place. De leur côté, l'Islande et la Suède ont échoué respectivement au neuvième et septième rang. Les Pays-Bas se sont, quant à eux, adjugé la cinquième place grâce à une victoire spectaculaire (3:2) sur le Japon. La Danoise Pernille Harder a terminé meilleure buteuse du tournoi, avec quatre réalisations. Sous son impulsion, les Scandinaves sont montées sur la troisième marche du podium, après être venues à bout de l'Australie aux tirs au but (4:1).  

La Suisse en pleine forme
La Suisse, qui a récemment fêté sa première qualification pour une phase finale de l'Euro féminin, a confirmé en remportant la première compétition internationale de son histoire. En phase de groupes, les Confédérées ont fait parler leur supériorité en enchaînant un nul (2:2) contre la Belgique, un succès (1:0) sur la RDP Corée et une large victoire (6:0) face à l'Italie pour s'ouvrir les portes de la finale, où les attendait la République de Corée. Les joueuses de Martina Voss-Tecklenburg l'ont, cette fois, emporté par l'écart minimum grâce à un coup franc de Lara Dickenmann à l'heure de jeu.

La troisième place est revenue aux Nord-Coréennes, victorieuses (2:0) face à la République d'Irlande. En revanche, l'Autriche a beaucoup déçu. Lauréate de la Coupe de Chypre en 2016, la sélection alpine a quitté la compétition sur une défaite aux tirs au but face à la Belgique (3:2) dans le match pour la septième place.