• Coup d'envoi des qualifications en Asie pour France 2019
  • La Jordanie, pays hôte de la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC, qualifiée pour le tour suivant
  • La Thaïlande vise une deuxième qualification consécutive pour la Coupe du Monde

Pour les sélections asiatiques, le long voyage qui mène à la phase finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™ débute ce lundi 3 avril. En tout, 18 équipes (plus la Jordanie) seront réparties en quatre groupes pour tenter de décrocher l'un des quatre billets pour la Coupe d'Asie Féminine de l'AFC 2018. Qualifiées d'office en tant qu'hôtesses, les Jordaniennes prendront tout de même part à la compétition préliminaire afin de gagner de l'expérience. Les cinq premiers de l'épreuve continentale valideront leur ticket pour le grand rendez-vous mondial en France.

Duels de poids lourds
Dans le Groupe A, la Jordanie va pouvoir se concentrer sur deux axes principaux : développer ses points forts et analyser ses faiblesses. Les Jordaniennes croiseront tour à tour Bahreïn, l'Irak, le Tadjikistan, les Philippines et les Émirats Arabes Unis, avec l'assurance d'être présentes en phase finale, comme en 2014. Si la Jordanie devait finir en première position, sa dauphine serait automatiquement qualifiée pour la Coupe d'Asie Féminine. "Nous avons une équipe extraordinaire. Grâce au travail réalisé par les dirigeants émiratis, nous avons vraiment franchi un palier ces dernières années", souligne Noura Al-Mazrouei, qui s'apprête à disputer ses premières qualifications continentales avec les EAU, dans un entretien accordé à FIFA.com. "Toutes les joueuses sont impatientes de relever le défi qui nous attend. Nous avons bien l'intention d'être du voyage en Jordanie l'année prochaine."

Dans le Groupe B, la RDP Corée, dixième du Classement mondial féminin FIFA/Coca-Cola, fait figure de favorite. La tâche des Nord-Coréennes ne s'annonce pas si facile avec la présence de la République de Corée. En mars, les protégées de Yoon Dukyeo ont terminé à la deuxième place de la Coupe de Chypre, après s'être classées quatrièmes de la Coupe d'Asie Féminine 2014. Troisième en 1979 et deux fois quatrième en 1981 et 1989, Hongkong fait aussi partie des équipes à surveiller.

Déjà présente en 2015 au Canada, la Thaïlande a de bonnes chances d'être à nouveau au rendez-vous en 2019. En effet, le Liban et Guam ont d'ores et déjà annoncé leur retrait dans le Groupe C. Vainqueur du tournoi en 1977, 1979 et 1981, Chinese Taipei s'annonce comme son plus sérieux adversaire dans la course à la qualification.

Le Groupe D promet plus de suspense. Le Viêt-Nam a participé aux sept dernières Coupes d'Asie. Mais Singapour n'entend pas se contenter d'un rôle de figuration. "Notre équipe a préparé ces qualifications en multipliant les matches amicaux. Notre groupe est relativement jeune, puisqu'il affiche une moyenne d'âge de 22,52 ans. Toutefois, le Viêt-Nam et le Myanmar sont des adversaires redoutables", prévient Chen Cai Ying, entraîneur de Singapour.  

Les groupes en un coup d'œil :
Groupe A : Jordanie, Philippine, Bahreïn, Irak, Émirats Arabes Unis, Tadjikistan
Groupe B : République de Corée, Ouzbékistan, Hongkong, Inde, RDP Corée
Groupe C : Thaïlande, Chinese Taipei, Palestine
Groupe D : Viêt-Nam, Myanmar, Iran, Syrie, Singapour