• Kumi Yokoyama est l'une des rares joueuses à avoir été nominée pour le Prix Puskas de la FIFA
  • Les championnes du monde 2011 sont en pleine reconstruction sous la houlette d'Asako Takakura
  • Yokoyama a inscrit quatre buts lors de la Coupe de l'Algarve 2017

Si Kumi Yokoyama continue de marquer des buts à ce rythme-là, l'attaquante de 23 ans semble bien partie pour conserver son nouveau rôle de mascotte du football japonais. Dans la Coupe de l'Algarve en mars dernier, l'attaquante a terminé en tête du classement des buteuses, à égalité avec la Danoise Pernille Harder, avec quatre réalisations. Du haut de ses 155 cm, elle a brillé par ses courses et sa finition. Yokoyama a inscrit son premier but au Portugal lors du match d'ouverture, perdu 2:1 par les Japonaises contre les Espagnoles, futures vainqueurs de la compétition. Ensuite, elle a réussi un doublé face à la Norvège, avec à la clé un succès des Nipponnes 2:0. Elle a signé son quatrième et ultime but lors de la défaite 3:2 devant les Pays-Bas. Le Japon a bouclé la compétition à une modeste cinquième place, mais la performance d'ensemble de Yokoyama fait d'elle un élément déjà indispensable des Nadeshiko new-look d'Asako Takakura.

"Mon objectif était de marquer à chaque match", explique-t-elle à FIFA.com avec une pointe de déception suite à cette première compétition internationale qu'elle a disputée pour le compte des seniors. "Je n'ai pas réussi à marquer contre l'Islande. Ça montre que je dois travailler encore plus. Et puis, lorsque j'ai marqué, j'aurais voulu que mon équipe gagne, ce qui n'a pas toujours été le cas."

Selon Yokoyama, lors de cette compétition, les Japonaises ont avant tout appris une leçon collective et emmagasiné de l'expérience. "Après cette Coupe de l'Algarve, nous savons de quoi nous sommes capables et en même temps, nous connaissons les domaines dans lesquels nous devons progresser. Nous sommes conscientes de l'endroit où nous nous situons sur l'échelle mondiale."

なでしこジャパン 引き続き熊本でトレーニング https://t.co/hTsTO05FTe #jfa #nadeshikopic.twitter.com/mUbnT3ahE5

— なでしこジャパン (@jfa_nadeshiko) April 11, 2017

Un but à la Maradona
Ce n'était pas la première fois que Yokoyama impressionnait par ses talents de buteuse. Elle a éclaté sur la scène internationale lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Trinité-et-Tobago 2010, où elle a fait trembler les filets à six reprises, contribuant largement à la deuxième place du Japon. Elle a notamment marqué le but de la victoire sur la RDP Corée en demi-finale, au terme d'un slalom digne de Diego Maradona. Son but a même été nominé pour le Prix Puskas de la FIFA. "Ma carrière est loin d'être finie, donc je ne vais pas isoler un but et dire que c'est le plus mémorable de tous. Je pourrai faire ça une fois que j'aurai raccroché les crampons", coupe-t-elle.

La Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA 2010 a été le tremplin qui a lancé sa carrière. Elle a ensuite joué un rôle crucial dans l'accession des Nadeshiko dans le dernier carré de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA 2012, organisée par le Pays du Soleil-Levant. Trois ans plus tard, elle faisait ses premiers pas avec les seniors, mais a dû attendre l'arrivée aux commandes de Takakura l'an dernier pour devenir titulaire chez les A.

De nouvelles ambitions
L'ascension de Yokoyama et sa forme réussite dans la surface de vérité arrivent au bon moment pour un Japon en pleine reconstruction. L'absence au Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016, après avoir échoué dans les qualifications asiatiques, était leur première depuis 2000. Takakura a alors remplacé Norio Sasaki sur le banc. Sous la houlette de l'ancienne milieu de terrain, plusieurs jeunes joueuses ont rejoint l'effectif. Yokoyama, dont le statut était déjà établi avec les seniors, sait ce qu'on attend d'elle.

"La moyenne d'âge a baissé. Il y a pas mal de sang frais et de mon côté, je ne fais plus partie des 'nouvelles'. J'ai le devoir de montrer l'exemple en transmettant aux plus jeunes l'esprit et les traditions forgés par les précédentes générations de Nadeshiko. Je dois prendre mes responsabilités aussi bien au niveau de mon jeu que de mon attitude", assure-t-elle.

La Coupe d'Asie Féminine de l'AFC 2018, qui fait également office de qualifications asiatiques pour la prochaine Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, débutera dans un an. D'après Yokoyama, le Japon est engagé dans une course contre la montre pour décrocher un sésame pour la compétition reine. "Nous devons progresser individuellement et collectivement. Nous sommes une nouvelle génération mais nous voulons de nouveau être championnes du monde", conclut-elle.