• L’EPF gravit le Kilimandjaro pour un match de football
  • La rencontre se jouera à la plus haute altitude jamais enregistrée : 5 729 mètres
  • Cette prouesse étonnante vise à sensibiliser le public à l’inégalité entre les sexes

Parvenir à l’égalité entre hommes et femmes est un défi quotidien, équivalent à... gravir une montagne. Le mouvement Equal Playing Field (EPF) a décidé de l’appliquer, littéralement. Ainsi, un groupe de femmes s’est rendu en Tanzanie pour gravir le Kilimandjaro, le plus haut sommet d’Afrique, et disputer un match de football à une altitude encore jamais atteinte dans l’histoire du ballon rond.

"Le monde du sport reste marqué par les inégalités", explique Lara Youngson, cofondatrice d’EPF. "Nous voulons utiliser cette ascension pour souligner les inégalités auxquelles les femmes sont confrontées aujourd’hui dans le sport. Les femmes ont moins de possibilités de pratiquer un sport. Les sportives sont en outre moins bien payées que les hommes et ne reçoivent pas autant d’attention et de respect que les hommes dans les médias. Si un jour j’ai des enfants, j’aimerais leur épargner ce débat."

Les femmes participant au projet Altitude Football ont escaladé la montagne afin de jouer leur match dans des conditions éprouvantes, afin de sensibiliser l’opinion à l’égalité des sexes à travers le monde. L’équipe se composait de joueuses internationales issues des quatre coins du globe, ainsi que des "retraitées" se partageant des centaines de sélections internationales.

Le samedi 24 juin, ces femmes provenant de plus de 20 pays différents ont pris part à une rencontre de 90 minutes dans le cratère du Kilimandjaro, à une altitude de 5 729 mètres. Dirigée par des femmes arbitres et arbitres assistants accréditées par la FIFA, cette rencontre s’est achevée sur un score vierge, les deux gardiennes de but rivalisant d’adresse.

"Nous sommes ravies d’avoir marqué l’histoire", confiait Youngson après la rencontre. "Ce match, disputé en luttant contre le manque d’oxygène et après une ascension longue de cinq heures, s’est révélé l’un des défis les plus éprouvants de ma vie. Nous avons cependant fait preuve d’un remarquable esprit d’équipe, et ça a été un immense plaisir de jouer ensemble."

Malgré cet exploit, le chemin à parcourir est encore long. "Ce n’est que le début", confirme Erin Blankenship, cofondatrice d’EPF. "Notre objectif est que chaque fille ait la possibilité de pratiquer ce sport magnifique et nous nous réjouissons des prochaines initiatives du mouvement Equal Playing Field. Nous allons organiser des stages d’initiation au football dans plusieurs pays durant les deux années précédant la Coupe du Monde Féminine 2019."

Ces stages et ces réunions se dérouleront dans 15 pays une fois l’aventure tanzanienne terminée. L’EPF espère atteindre le nombre de 1 500 participantes. L’objectif consiste à permettre à des jeunes filles de s’inspirer de femmes fortes et de leur donner l’occasion de jouer au football.

Quelques joueuses

- Lori Lindsey, milieu de terrain américaine à la retraite. Elle a participé à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011™ et a décroché l’or aux Jeux Olympiques de Londres en 2012

- Rachel Unitt a disputé la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ à deux reprises, en 2007 et 2011, et compte plus de 100 sélections avec l’Angleterre

- Hajar Abulfazl, internationale afghane, actuellement à la tête de l’équipe U-19

- Zahra Mahmoodi, capitaine de l’Afghanistan

- Portia Modise
, meilleure buteuse de l’Afrique du Sud (plus de 100 buts)

- Jacqui Hurford (née Melksham)
, arbitre australienne (elle a dirigé le match d’ouverture de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Allemagne 2011™)

- Sandrine Dusang compte près de 50 sélections avec la France, cinq titres de championne de France et une Ligue des champions féminine de l'UEFA. Elle joue actuellement à Juvisy

Petra Landers a fait partie de la toute première équipe nationale féminine d’Allemagne

- Esraa Awad, sacrée meilleure joueuse d’Égypte en 2010

-Monica Gonzalez
, 83 sélections avec le Mexique

- Sasha Andrews, Canada, a disputé la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, États-Unis 2003™