• Les qualifications océaniennes pour la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA rassembleront six nations
  • L'une d'entre elles validera son billet pour France 2018
  • La Papouasie-Nouvelle-Guinée a organisé la dernière édition du grand rendez-vous mondial de la catégorie

Il y a un peu plus de six mois, la RDP Corée soulevait le trophée de la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Aujourd'hui, l'Océanie se retrouve à nouveau sous le feu des projecteurs. En effet, le continent se prépare à vivre le premier tournoi de qualification pour l'épreuve suprême U-20 version dames. Le nom du représentant de l'OFC sera connu d'ici deux semaines.

Six nations vont se retrouver à Auckland du 11 au 24 juillet pour le Championnat d'Océanie Féminin U-19 de l'OFC 2017. La compétition se déroulera selon une formule de championnat. Les Fidji, la Nouvelle-Calédonie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Samoa et Tonga figurent sur la ligne de départ. Le vainqueur s'adjugera l'unique billet en jeu pour la Coupe du Monde Féminine U-20, qui aura lieu en 2018 en France. Pays hôte, la Nouvelle-Zélande partira favorite. Les Kiwis ont remporté les cinq éditions du tournoi depuis le rattachement de l'Australie à l'AFC en 2006.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée de retour sur le devant de la scène
L'équipe de Papouasie-Nouvelle-Guinée attirera certainement tous les regards, quelques mois après avoir accueilli la Coupe du Monde Féminine U-20. Les hôtesses ont, certes, été éliminées à l'issue de la phase de groupes, après avoir concédé trois défaites au Brésil, à la Suède et à la RDP Corée, mais il ne fait aucun doute que cet événement a contribué à ancrer le football féminin dans le paysage sportif local. Les performances courageuses des insulaires face à ces trois ténors du football mondial n'y sont évidemment pas pour rien.

Le superbe but de Nicollete Ageva contre la RDP Corée, future lauréate de l'épreuve, a été fêté comme il se doit dans tout le pays. Cette frappe lumineuse reste l'un des plus beaux souvenirs laissés par ce tournoi dans la région. À l'instar de la milieu de terrain Belinda Giada ou de la gardienne Faith Kasiray, Ageva pourra s'appuyer sur son expérience mondialiste au moment de poser ses valises dans la plus grande ville de Nouvelle-Zélande.

RED CARD | The #ENDviolence campaign will be full swing at the #OFCU19W in Auckland this July https://t.co/cIc9rjoahw

— OFC Oceania Football (@OFCfootball) 9 juillet 2017

La Nouvelle-Zélande semble cependant bien placée pour conforter son hégémonie continentale. Depuis plusieurs mois, le sélectionneur Gareth Turnbull organise plusieurs séances hebdomadaires, afin de renforcer la cohésion du groupe. En outre, quelques internationales néo-zélandaises ont eu l'occasion de s'aguerrir pendant la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Jordanie 2016. Toutefois, les Kiwis ont dû faire face à deux coups durs pendant leur préparation. Victime d'une grave blessure, la milieu offensive Lily Bray a dû déclarer forfait ; elle rejoint à l'infirmerie l'internationale Paige Satchell.

Pendant ce temps, deux pays habitués à briller chez les hommes tenteront de se faire un nom sur la scène féminine. L'an dernier, la Nouvelle-Calédonie avait échoué à la deuxième place des préliminaires pour la Coupe du Monde Féminine U-17. Plusieurs membres de cette équipe sont aujourd'hui prêtes à passer à l'échelon supérieur.

De leur côté, les Fidji feront leurs grands débuts dans cette compétition. Elles aligneront également une équipe lors des qualifications pour la Coupe du Monde Féminine U-17 le mois prochain. Leurs intentions sont donc claires. Les Fidjiennes ont effectué un long stage de huit semaines pour se préparer. Parallèlement, le président de la Fédération fidjienne de football assure que son pays a bien l'intention de miser sur le football féminin.

** Le tournoi sera également l'occasion de mettre de nouveau à l'honneur #ENDviolence, une campagne qui a déjà fait l'objet d'une large promotion durant la Coupe du Monde Féminine U-20 en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Cette campagne de sensibilisation souhaite changer l'image des femmes et de la violence dans le Pacifique. Pour ce faire, elle entend développer le respect, la compréhension et la tolérance entre les jeunes filles et les garçon, les femmes et les hommes et dans la société en général.