"Le football féminin et les femmes dans le football sont une priorité ; cela fait partie de la solution pour l'avenir du football." Tels étaient les propos du Président de la FIFA, Gianni Infantino, lors d'une cérémonie en l'honneur de la Journée internationale des femmes il y a un an. Infantino appelait à être ambitieux du point de vue des objectifs, introduisant dans le même temps au sein de la FIFA plusieurs réformes qui ont débouché sur des réalités tangibles, comme le fait d'avoir au moins une représentante féminine par confédération éligible au nouveau Conseil de la FIFA. Dans la pratique, cela signifie qu'il doit y avoir au minimum six femmes dans cette instance de décision. Parallèlement, Fatma Samoura est devenue la première femme Secrétaire générale de la FIFA. Tels ont été les premiers pas significatifs d'une nouvelle administration du football mondial à la recherche de l'égalité des sexes dans le sport. D'autres objectifs ambitieux ont été élaborés, à l'image du plan FIFA 2.0, qui propose de tout mettre en œuvre afin que plus de 60 millions de femmes jouent au football à l'horizon 2026.