Au moment où Lisa Dahlkvist transforme le cinquième et dernier tir au but de la Suède, le Maracana se retrouve plongé dans le silence pour quelques instants. Les Scandinaves viennent de valider leur billet pour la finale du Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016. Le Brésil, lui, devra se contenter de jouer pour la médaille de bronze. Puis, tout à coup, les applaudissement commencent à pleuvoir des gradins. Les supporters félicitent leur équipe, qui a tout tenté, en vain, pendant 120 minutes.

Ce soutien a sans doute mis du baume au cœur de la Seleção, touchée par ce revers. On ne pouvait pas s’attendre à moins pour une équipe qui a démontré tout au long de la compétition qu’elle pouvait non seulement rêver d’or, mais aussi le conquérir. "Il nous reste le plaisir d’avoir séduit le public. Les gens ont apprécié notre façon de jouer, qui repose sur la vitesse et l’abnégation. Les supporters savent combien nous tenions à remporter cette médaille d’or pour faire progresser le football féminin dans notre pays", explique Miraildes Maciel Mota, plus connue sous le nom de Formiga, à FIFA.com

En cinq rencontres, demi-finale comprise, la sélection auriverde a joué dans quatre stades et trois villes différentes. Au total, ce sont 232 000 personnes, soit une moyenne de plus de 46 000 par rencontres, qui sont venues assister à leurs rencontres. À titre de comparaison,  l’affluence des matches du championnat brésilien tourne autour de 14 000. Lors des rencontres de Palmeiras et Corinthians, les leaders en la matière, 31 000 spectateurs en moyenne sont présents dans de superbes stades flambant neufs. C’est justement dans l’Arena Corinthians que les Brésiliennes croiseront le fer avec les Canadiennes, à 13h00 (heure locale), pour tenter de décocher la médaille de bronze.

Une relation à intensifier
En demi-finale contre la Suède, Formiga ne s'est jamais économisée. À chacune de ses passes réussies et de ses interceptions, les supporters ont scandé son nom. Il en est allé de même pour l’expérimentée Cristiane, ovationnée par le Maracana pour son retour de blessure, ou encore pour Bárbara, devenue aux yeux des fans "la meilleure gardienne du Brésil". Lors des tirs au but, chaque tireuse brésilienne a eu droit à sa chanson. "C’est une bonne chose de voir que tout le monde peut prendre des responsabilités et pas seulement Marta", apprécie Formiga, 38 ans, qui a participé à chaque sortie olympique de la Seleção, établissant ainsi un record difficile à battre. Des Jeux Olympiques d’Atlanta 1996 à ceux de Rio 2016, elle a participé à toutes les éditions. "Les supporters ont pu constater que nous ne trichions pas. De notre côté, nous sommes heureuses de recevoir tout cet amour. Nous espérons que cette relation va s'intensifier. Évidemment, Marta reste notre référence mondiale. Terminer avec l’or autour du cou aurait été fabuleux mais nous devons lutter pour le bronze", explique-t-elle.

Plus qu’un lot de consolation, la Seleção va tenter de décrocher une médaille qui serait la troisième pour Formiga, Marta et Cristiane. Elles rejoindraient ainsi la volleyeuse Fofão, seule autre femme à avoir réussi un tel exploit. "Tout n’est pas fini. Nous voulons cette médaille. Je suis certaine que nous ferons preuve de la même abnégation et de la même volonté. Ce serait l’occasion de couronner notre travail", conclut Formiga, avant d'aller se préparer à affronter le Canada. Avec sans doute le soutien sans faille des supporters brésiliens...