L'Allemagne est entrée dans l'histoire à double titre à l'occasion du Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016. Elle a non seulement remporté sa première médaille d'or en six éditions de la compétition, après avoir décroché le bronze à Sydney 2000, Athènes 2004 et Pékin 2008, mais elle a également participé à la première finale 100% européenne, les États-Unis étant absents de l'ultime revue pour la première fois.

En arrivant au Brésil, les Allemandes savaient qu'elles s'apprêtaient à participer à leur dernière compétition sous la houlette de Silvia Neid. Elles entretenaient de sérieux espoirs de médaille, bientôt mitigés par un parcours moyen dans le Groupe F, avec un bilan d'une victoire, un nul et une défaite, synonyme de deuxième place. Dans les matches à élimination directe, la Nationalmannschaft a montré un visage totalement différent, battant la RP Chine 1:0 en quart de finale et le Canada 2:0 dans le dernier carré.

La Suède, adversaire des Allemandes en finale, a elle aussi débuté la compétition timidement. Après avoir atteint les quarts de finale en terminant parmi les deux meilleurs troisièmes de la phase de groupes, les Tre Kronor ont créé l'un des exploits du tournoi en battant les États-Unis, grands favoris de l'épreuve. Les filles entraînées par Pia Sundhage sont venues à bout des Américaines en s'imposant 4:3 dans la première série de tirs au but de l'histoire du Tournoi Olympique de Football Féminin. En demi-finale, la Suède a disposé du Brésil, pays hôte, de la même façon.

La finale a été à la hauteur des attentes. Dans les 25 confrontations précédentes entre les deux équipes, l'Allemagne et la Suède ne s'étaient jamais quittées sur un match nul. Dans le légendaire Maracanã de Rio de Janeiro, il n'en a pas été autrement. Pour son dernier match sur le banc de l'Allemagne, Neid a vu ses joueuses l'emporter 2:1 grâce à Dzsenifer Marozsan et Linda Sembrant contre son camp. Annike Krahn, Saskia Bartusiak et Melanie Behringer ont profité du sacre olympique pour mettre un terme à leur histoire d'amour avec la sélection sur un happy-end. Les Suédoises n'ont aucun reproche à se faire. Elles ont remporté la première médaille olympique de leur pays, gagnant au passage le Prix du Fair-play.

Encore du bronze pour le Canada et rien pour le pays hôte
Tout comme à Londres 2012, le Canada a remis une copie honorable à Rio 2016. Seule équipe à avoir empoché neuf points sur neuf possibles en phase de groupes, les Canucks se sont ouvert les portes du dernier carré à la faveur d'une prestation solide contre la France en quart. Sophie Schmidt a inscrit le seul but contre les Tricolores, permettant au Canada de reproduire le même score de 1:0 - contre le même adversaire - que lors du match pour la médaille de bronze il y a quatre ans à Londres. Les protégées de John Herdman ont trébuché sur l'avant-dernière haie, avec une défaite en demi-finale contre une Allemagne qu'elle avait pourtant battue 2:1 en phase de groupes.

Passé tout près de la médaille d'or en 2004 et 2008, le Brésil était déterminé à ne pas laisser passer cette troisième chance de monter sur la première marche du podium, qui plus est devant son public. Ce dernier a commencé à y croire avec la première place des Brésiliennes dans le Groupe E. En quart de finale, les nerfs des Sud-Américaines ont commencé à se tendre avec une victoire aux tirs au but contre l'Australie. Ce succès avait des airs de revanche de la défaite subie par les Canarinhas aux mains des Matildas lors de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015™. Après avoir été battues aux tirs au but en demi-finale contre la Suède, les Brésiliennes ont été de nouveau dominées, par le Canada cette fois, dans le match pour la médaille de bronze (2:1).

Les États-Unis vite hors course
Les Américaines débarquaient à Rio comme grandissimes favorites après avoir remporté le Tournoi Olympique de Football Féminin une troisième fois consécutive à Londres 2012, et quatre fois en tout. En phase de groupes, elles ont d'abord signé deux courtes victoires, avant de concéder le nul 2:2 contre la Colombie. Cela leur a permis de terminer premières du Groupe G. Mais en quart de finale, les États-Unis n'ont pas su passer la vitesse supérieure, s'inclinant contre la Suède aux tirs au but.

Les représentants africains - Zimbabwe et Afrique du Sud - et la Colombie ont quitté la compétition dès la fin de la phase de groupes. Cela dit, il faut souligner les grands progrès réalisés par ces trois équipes. Même sort pour la Nouvelle-Zélande, qui avait pourtant atteint les quarts de finale en 2012. Malgré une victoire 1:0 contre la Colombie, les Football Ferns n'ont pu faire mieux que troisièmes dans un Groupe G où les États-Unis et la France se sont assuré les deux places automatiquement qualificatives. Les Néo-Zélandaises ont été devancées par les Australiennes et les Suédoises dans la lutte pour l'un des deux billets pour les quarts de finale en tant que meilleures troisièmes.

Nations participantes
Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Brésil, Canada, Colombie, États-Unis, France, Nouvelle-Zélande, RP Chine, Suède, Zimbabwe

Classement final
1. Allemagne (or)
2. Suède (argent)
3. Canada (bronze)
4. Brésil

Prix du Fair-play : Suède

Stades
Estadio Mineirao (Belo Horizonte), Mane Garrincha Stadium (Brasilia), Arena Amazonia (Manaus), Maracanã et Stade olympique (tous les deux à Rio de Janeiro), Arena Fonte Nova (Salvador) et Arena Corinthians (São Paulo)

Nombre total de buts
66 (soit 2,54 par matches)

Classement des meilleures buteuses
1. Melanie Behringer (GER) - 5 buts
2. Christine Sinclair (CAN) - 3 buts et 2 passes décisives
3. Janine Beckie (CAN) - 3 buts