LE FILM DE LA JOURNÉE - À l’issue de quarts de finale riches en suspense, deux équipes ont vu leur destin se jouer aux tirs au but. À Brasilia, les États-Unis se sont fait surprendre par la Suède. Alex Morgan avait répondu à l’ouverture du score de Stina Blackstenius en signant son treizième but de l’année 2016 à… 13 minutes du coup de sifflet final. Un nobre apparemment porte-malheur pour les Américaines.... Au cours de la séance de tirs au but, Morgan a manqué sa tentative, permettant ainsi à la Suédoise Lisa Dahlkvist d’offrir la qualification aux siennes. Brasilia ne porte décidément pas chance aux médaillés d’or de Londres 2012 : le 10 août dernier, le Mexique avait lui aussi quitté la compétition à l’Estadio Nacional.

Au Canada en revanche, le 13 est signe de bonne fortune. Sophie Schmidt, dont le maillot est floqué de ce numéro, a offert une courte victoire (1:0) aux Canucks contre la France dans un remake du match pour la médaille de bronze de Londres 2012. L'Allemande Melanie Behringer a signé l’unique but de la rencontre contre la RP Chine, mais dans les dernières minutes, Wang Shuang a vu son penalty repoussé par la base du poteau. 

De son côté, le pays hôte a été poussé dans ses derniers retranchements par l’Australie, mais Marta et ses coéquipières ont arraché leur qualification aux tirs au but, après 120 minutes stériles. Les Brésiliennes font ainsi oublier leur élimination face à ces mêmes Matildas lors de la dernière Coupe du Monde Féminine de la FIFA™. Le penalty décisif a été converti par Tamires. Quelques secondes plus tard, Barbara repoussait la frappe d’Alanna Kennedy.

Les résultats
Quarts de finale
États-Unis 1:1 Suède (3:4 t.a.b.)
RP Chine 0:1 Allemagne
Canada 1:0 France
Brésil 0:0 Australie (7:6 t.a.b.)

Le but
RP Chine 0:1 Allemagne, Melanie Behringer (76’)
En quart de finale à Salvador, l’équipe entraînée par Silvia Neid a trouvé face à elle une muraille. L'attaquante allemande a fait pencher la balance en faveur de la Nationalmannschaft sur une action pleine de panache. Anja Mittag a réalis& un superbe amorti sur un centre de la gauche. Behringer s’est précipitée sur le ballon pour décocher une frappe puissante qui n’a laissé aucune chance à la gardienne chinoise Zhao Lina, malgré un plongeon désespéré.

Les moments-clés
Les nerfs d’acier Dahlkvist : Lisa Dahlkvist n’en était pas à son coup d’essai. Au moment de se présenter devant Hope Solo, les images de son duel contre la gardienne américaine dans le Groupe C de la Coupe du Monde 2011 lui sont probablement revenues en mémoire. Mais cette fois, l’issue s’est révélée bien différente. Tout avait mal commencé pour le dernier rempart des Stars and Stripes, contrainte de changer de gants au dernier moment. "La sangle s’est cassée", a expliqué Solo. L’attente n’a cependant pas perturbé Dahlkvist, malgré l'enjeu. La milieu de terrain suédoise a catapulté le ballon au fond des filets, propulsant par la même occasion son pays en demi-finale. Les Blagult deviennent les premières à barrer la route d’un podium olympique aux États-Unis.

Schult, Shuang, Cristiane et Williams montrent l’exemple : À Salvador, on a longtemps cru que la frappe de Behringer avait mis les Chinoises KO. Mais le match n’avait pas encore livré son ultime coup de théâtre. Déséquilibrée dans la surface de réparation par Leonie Maier, Wang Shuang a obtenu un penalty et avait la prolongation au bout du pied, mais l’attaquante n’a trouvé que le poteau. Une fois le ballon sorti, la gardienne allemande Almuth Schult est venue consoler son adversaire. Un peu plus tard à Belo Horizonte, Lydia Williams, en larmes, a reçu les encouragements de Christiane, son ancienne coéquipière aux Chicago Red Stars. Quelques minutes avant son élimination aux tirs au but, l’Australienne avait réalisé une intervention extraordinaire pour maintenir les deux équipes à égalité. 

Une remplaçante qui entre dans l’histoire : La blessure de Mallory Pugh en prolongation a contraint Jill Ellis à effectuer un changement qui n’aurait pas été possible sans une décision prise à Cardiff cinq mois auparavant. Lors de son assemblée générale annuelle en mars, l’IFAB a lancé une période de tests de deux ans, afin d’étudier les effets d’un quatrième remplacement en prolongation. Pour la première fois à Rio, cette mesure est appliquée dans un tournoi senior. Lindsey Horan est donc la quatrième remplaçante américaine à avoir fait son entrée en jeu, la septième sur l’ensemble de la rencontre. À une minute du terme, Jessica Samuelsson a cédé sa place à Emma Berglund côté suédois. Pour la première fois dans un tournoi senior de la FIFA, huit remplaçantes ont donc été utilisées au cours d’un même match.  

Entendu…
"Nous n’aurions jamais dû avoir à en passer par les tirs au but. Pourtant, quand la séance a démarré, j’étais confiante. Mais je n’ai pas réussi à transformer mon penalty. J’étais la première à tirer et il fallait que je marque pour mettre les autres en confiance. Aujourd’hui, j’ai le sentiment de ne pas avoir été à la hauteur" - Alex Morgan, attaquante des États-Unis

Le programme
Mardi 16 août 
Demi-finales
Brésil - Suède, Rio de Janeiro, 13h00 
Canada - Allemagne, Estadio Mineirao, 16h00 

(horaires en heure locale)