La Suède a débuté et terminé le Tournoi Olympique de Football Féminin à Rio. Elle a entamé son parcours le 3 août dans le stade olympique de la capitale brésilienne. Vainqueur de l'Afrique du Sud 1:0, elle a ensuite essuyé un cuisant revers 1:5 aux mains du Brésil dans la même enceinte, un score qui aurait signé la fin du voyage de bien des équipes. Au lieu de quoi, les Blagult ont mis le pied sur l'accélérateur pour foncer vers la finale, où la puissante Allemagne a brisé leur dynamique (2:1).

Deux fois médaillée d'or avec les États-Unis, Pia Sundhage ne s'est pas laissée abattre par cet échec. Pour elle, la médaille d'argent est une étape positive du long voyage qu'elle a entrepris avec la formation scandinave, a-t-elle expliqué à FIFA.com après la défaite. "Je suis très fière de notre prestation face à l'Allemagne", assure-t-elle. "Nous n'avons pas perdu la médaille d'or, nous avons gagné la médaille d'argent. Le chemin que nous avons parcouru depuis notre toute première sortie contre l'Afrique du Sud et la performance que nous avons livrée en finale me remplissent de fierté pour mes joueuses."

Sundhage a pris la route avec la sélection suédoise en septembre 2012, après cinq ans passés sur le banc des États-Unis. Comment vit-elle sa médaille d'argent, elle qui a remporté deux finales olympiques consécutives avec les Stars and Stripes ? "Tout le monde s'attendait à voir les États-Unis l'emporter, quand je les dirigeais en 2008 et 2012", commente-t-elle. "Là, peu de gens nous voyaient en finale. Le parcours a été passionnant. C'est le même sentiment de bonheur, en fait, peut-être même plus fort avec cette équipe."

Tout d'une future grande
Rouage-clés du moteur qui a conduit la Suède en finale, Stina Blackstenius fait partie des joueuses qui incarnent l'avenir de l'équipe, d'après Sundhage. Sa frappe a assommé les Américaines en quart de finale et son but contre l'Allemagne au Maracanã a donné aux siennes la force de pousser pour aller chercher l'égalisation, malheureusement en vain. "Le tournoi a largement dépassé mes attentes", confie Blackstenius à FIFA.com. "J'ai aimé la façon dont j'ai joué et les deux buts que j'ai marqués. De match en match, j'engrange l'expérience dont j'ai besoin pour devenir la meilleure joueuse du monde. Participer à Rio 2016 a été une belle aventure pour les jeunes joueuses. Nous avons beaucoup appris et cela profitera aussi au football féminin de notre pays."

La sélectionneuse ne tarit pas d'éloges sur l'attaquante de 20 ans de Linkopings, qui disputera probablement la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA prévue en fin d'année en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Sundhage pense que Blackstenius a encore un long chemin à parcourir. "Elle a fait un grand tournoi. Il lui faudra du temps pour jouer les premiers rôles en sélection", estime-t-elle. "Elle est jeune et c'est sa première année sous le maillot national. Mais plus tard, elle sera sans doute une joueuse-phare de l'équipe suédoise."