À l'issue de la phase de groupes du Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016, le Canada est la seule équipe à présenter un bilan impeccable. Le Brésil et les États-Unis abordaient la compétition en position de favoris. Mais après deux succès convaincants pour leur entrée en lice, les deux équipes ont présenté un visage beaucoup moins séduisant à l'occasion de leur troisième sortie. Arrivée à Rio avec de grandes ambitions, l'Allemagne s'est révélée encore plus décevante.

Le Zimbabwe et la Colombie effectuaient pour leur part leurs grands débuts sur la scène olympique. Les Africaines n'avaient même jamais obtenu leur qualification pour une grande compétition mondiale auparavant. Les protégées de Shadreck Mlauzi ont certes concédé trois défaites, mais leurs performances prouvent que le football féminin est sur la bonne voie.

Le Groupe E en bref
Par deux fois, le Brésil est passé tout près de la médaille d'or : en 2004 et en 2008. Devant leurs supporters, Marta et ses coéquipières sont décidées à briser la malédiction. En guise d'entrée en matière, la Seleçao a livré des performances convaincantes face à la RP Chine (3:0) et à la Suède (5:1). La qualification pour les quarts de finale en poche, le pays hôte s'est contenté d'assurer contre l'Afrique du Sud pour achever son parcours sur un nul vierge.  

Comme d'autres, la Suède a eu bien du mal à tenir son rang et c'est donc en qualité de meilleure troisième qu'elle participera à la suite de la compétition. La courte victoire (1:0) arrachée aux Sud-Africaines avait déjà laissé entrevoir quelques difficultés pour les joueuses de Pia Sundhage, difficultés que le naufrage face au Brésil n'a fait que confirmer. Certes, les Blagult ont redressé la barre en obtenant le nul (0:0) contre la RP Chine, mais le contenu proposé sur le plan offensif n'est pas rassurant avant d'affronter les États-Unis en quart de finale.

Enfin, les Sud-Africaines rentrent chez elles avec la satisfaction d'avoir pris un point au pays hôte. L'équipe dirigée par Vera Pauw a présenté un bloc compact et défendu intelligemment, sans négliger pour autant de se montrer dangereuse.  

Le Groupe F en bref
Absente de l'édition 2012 à Londres, l'Allemagne abordait Rio 2016 avec l'ambition de décrocher l'or olympique, qui manque au palmarès de la Mannschaft féminine. Mais à l'issue du premier tour, le bilan est mitigé : avec quatre points (6:1 contre le Zimbabwe, 2:2 contre l'Australie), les Européennes ne doivent leur deuxième place qu'à une différence de buts supérieure à celle de l'Australie.

À l'inverse, le Canada apparaît comme l'un des grands gagnants de cette première phase. La jeune Janine Beckie en a profité pour se faire remarquer aux côtés de Christine Sinclair. Auteure du but le plus rapide de l'histoire du tournoi dès sa première apparition contre l'Australie (2:0), Beckie s'est offert un doublé à l'occasion du succès (3:1) contre le Zimbabwe. En guise de conclusion, les Canucks ont signé une victoire de prestige contre l'Allemagne 2:1, mettant fin à une série de 12 matches sans victoire face à cet adversaire. Il faudra compter avec elle dans la course à la médaille d'or.  

Le Groupe G en bref
Championnes du monde et championnes olympiques en titre, les Américaines se savaient attendues au tournant. Les Stars and Stripes ont assuré l'essentiel en s'adjugeant la première place, sans convaincre totalement. Après deux succès difficiles, les États-Unis ont concédé un nul (2:2) à la Colombie, un résultat qui ne remet cependant pas en cause leur qualification pour les quarts de finale.

Comme en 2012, la France a dû baisser pavillon au premier tour face à l'armada américaine (1:0). Néanmoins, les nets succès remportés face à la Colombie (4:0) et à la Nouvelle-Zélande (3:0) ont ouvert aux Françaises les portes de la seconde phase. Leur échec face aux États-Unis a toutefois condamné les Bleues à se contenter de la deuxième place.

Déjà présente à Pékin en 2008 et à Londres en 2012, la Nouvelle-Zélande n'a pas réussi à valider son billet pour la suite du tournoi. Les Football Ferns terminent avec trois points au compteur (une victoire 1:0 sur la Colombie), soit un de moins que la Suède et l'Australie, les deux meilleures troisièmes.