LE FILM DE LA JOURNÉE - Le rouge, couleur de la passion, a été mis à l'honneur, d'abord par les Canadiennes, qui ont décroché la médaille de bronze du Tournoi Olympique de Football Féminin, Rio 2016, puis par les Allemandes quelques heures plus tard. Ces dernières se sont en effet vêtues entièrement d'écarlate pour remporter la première finale olympique de leur histoire, après les trois médailles de bronze obtenues à Sydney 2000, Athènes 2004 et Pékin 2008.

Les DFB Frauen et les Canucks se sont imposées 2:1 et ont souffert sang et eau jusqu'à la dernière minute pour contenir leurs adversaires. Les Blagult décrochent une deuxième place historique et offrent au football féminin suédois la première médaille de son histoire. Elles ramènent également le Prix du Fair-Play. Le Brésil termine le tournoi dans la désolation, évincé du podium et attristé par le départ de Formiga, 38 ans, seule joueuse à avoir disputé les six tournois olympiques. Mais les Canarinhas auront sans doute trouvé une consolation dans l'ovation du public, qui les a fidèlement soutenues tout au long du tournoi.

Les résultats
Match pour la médaille d'or
Suède 1:2 Allemagne

Match pour la médaille de bronze
Brésil 1:2 Canada

Le but
Suède 0:1 Allemagne, Dzsenifer Marozsan (48')
Dzsenifer Marozsan a ouvert le score de la finale à un moment décisif : le début de la deuxième période. Sur un centre de la droite de Melanie Leupolz, le ballon est dévié par une défenseuse suédoise avant d'être récupéré par Marozsan aux abords de la surface. L'attaquante enchaîne d'une frappe du droit spectaculaire dans l'angle gauche de la cage d'une Hedvig Lindahl impuissante. C'est le seul but de Marozsan dans le tournoi, mais quel but !

Les moments-clefs
Des selfies en or : Silvia Neid a explosé de bonheur. La finale lui tenait particulièrement à cœur, puisqu'elle quitte son poste de sélectionneuse pour prendre la tête du département du football féminin de la Fédération allemande. Elle a accueilli les buts par des cris de joie et n'a cessé de prendre des selfies avec les supporters après le match. Le titre olympique était le seul qui manquait à son palmarès depuis son arrivée aux commandes de l'équipe nationale en 2005. Double championne d'Europe, elle a aussi remporté la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Chine 2007.

Une efficacité maximale : La Suède s'offre la médaille d'argent après avoir mené au score pendant à peine 30 minutes sur les 600 disputées dans le tournoi, prolongations face aux États-Unis et au Brésil comprises. Elle a ainsi eu l'avantage en phase de groupes durant 14 minutes contre l'Afrique du Sud (1:0), puis en quart jusqu'à ce que les Stars and Stripes égalisent (1:1).

Les ados au pouvoir : Deux adolescentes ont joué un rôle décisif dans la victoire canadienne : Jessie Fleming et Deanne Rose. La milieu de terrain a 18 ans et l'attaquante 17. Rose a inscrit le premier but et servi le second, tandis que Fleming a signé une action de toute beauté sur le deuxième : pression sur le marquage et la possession, effacement de deux adversaires et précision pour trouver Rose. Fleming est clairement marquée par l'olympisme : à 14 ans, elle a décidé de se concentrer sur le football après avoir vu son pays gagner la médaille de bronze à Londres 2012. "Il y a eu un déclic en moi. Je me suis dit : Tu dois vraiment t'engager là-dedans", a-t-elle révélé avant le début du tournoi.

Panne sèche : Après le 5:1 infligé à la Suède au premier tour, on ne s'attendait pas à voir le Brésil manquer de l'efficacité offensive nécessaire pour gagner la médaille tant convoitée. Le but de Beatriz à la 79ème minute, sur un contrôle suivi d'une jolie volée, a mis fin à une disette de 419 minutes !

Entendu…
"Nous avons conquis des fans pendant le tournoi, nous avons rempli les stades. C'est le plus beau des prix. Bien sûr, nous voulions monter sur le podium, mais nous emporterons le souvenir des ovations qui nous ont accompagnées partout. Aujourd'hui, je demande aux Brésiliens de continuer à soutenir le football féminin. Nous avons vraiment besoin de vous." Marta, attaquante du Brésil