Tout au long de sa carrière, Renate Lingor a su associer élégance, technique, vision du jeu et efficacité sur coup franc. En Allemagne, ces qualités lui ont souvent valu d’être comparée à de grands meneurs de jeu comme Mehmet Scholl ou Thomas Häßler. A l’image de ses homologues masculins, elle savait changer le cours d'un match d'un geste inattendu ou une action miraculeuse.

Même si elle est l’une des plus grandes milieux de terrain de l’histoire du football féminin, elle rechigne pourtant à se comparer à une meneuse de jeu traditionnelle, comme elle le confiait elle-même à FIFA.com. "Je n’ai occupé ce poste qu’au début de ma carrière. Par la suite, j’ai reculé d’un cran. Je m’en souviens encore parfaitement. Un jour, la sélectionneuse de l’époque, Tina Theune, est venue me trouver pour me dire : ‘Si tu ne veux pas rester une éternelle espoir, tu dois apprendre à travailler sur le terrain’. Il m’a fallu un certain temps mais, heureusement, j’ai réussi à évoluer."

Lingor sait tout faire

La troisième de l’élection de la Joueuse Mondiale de la FIFA 2006 fait partie des fers de lance de la génération dorée du football féminin allemand. Active en équipe nationale entre 1995 et 2008 avec 149 sélections, elle a été sacrée championne du monde à deux reprises, en 1995 et 2008. 

Lorsqu’il s’agit de gagner de titres, Idgie fait figure de spécialiste. Son palmarès comprend, outre les deux titres mondiaux, trois UEFA EUROS féminin, six Bundesligas féminines, six Coupes d’Allemagne, deux Coupes UEFA et deux médailles de bronze olympiques. En 2014, un sondage en ligne réalisé sur le site de la Fédération allemande (DFB) la consacre comme la, "meilleure footballeuse en salle de tous les temps“. "Renate possède toutes les qualités d’un grand numéro 10, mais elle peut faire bien plus", disait d’elle Maren Meinert, son ancienne coéquipière devenue sélectionneuse nationale U-20.

La native de Karlsruhe savait aussi répondre présent dans les moments décisifs, comme lors de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2003™. Sur la route du titre, elle a offert deux passes décisives, la première sur corner, pour l’ouverture du score de Kerstin Garefrekes en demi-finale face aux Etats-Unis, la seconde sur coup franc, pour déposer le ballon sur la tête de Nia Künzer, auteure du but en or face à la Suède en finale.  

Initiée aux joies du football par son frère aîné, Renate Lingor a fait l’essentiel de sa carrière en club au 1. FFC Francfort. Pendant plus de onze ans, entre 1997 et 2008, elle a animé le jeu du club de la Hesse. "Le football est toute ma vie. Il en a toujours été ainsi par le passé et je crois que ça restera vrai à l’avenir. J’ai grandi avec le football et j’ai passé chaque minute de libre sur le terrain. Le football a façonné mon existence", explique l’intéressée lorsqu’on lui demande d’évoquer sa passion, à laquelle elle a mis un terme en 2008.