Le Canada ne cesse de le répéter depuis le début de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2015 sur son sol : tous les membres de l’effectif forment une famille. Du coup, quoi de plus logique en ce 21 juin, jour de la fête des pères dans le pays, que de faire un beau cadeau au papa de tout ce petit monde ?

Pour fêter l’occasion, le sélectionneur John Herdman a reçu, outre le soutien de ses deux enfants en tribunes, puis leurs câlins sur la pelouse en fin de match, une qualification pour les quarts de finale. Un cadeau, certes, mais qu’il a presque conçu lui-même, laissant juste le soin à ses joueuses de l’emballer. Après le match nul 1:1 contre les Pays-Bas pour conclure le premier tour, l’entraîneur anglais avait revu ses plans en réintégrant Melissa Tancredi en attaque et Desiree Scott en milieu défensif, tandis que Rhian Wilkinson, de retour de blessure, débutait en latérale droite. L’attaquante Josée Bélanger, alignée en défense depuis le début du tournoi, retrouvait son poste de prédilection aux côtés de Tancredi et de l’inamovible Christine Sinclair.

Une tactique offensive gagnante puisque c’est Bélanger, après un centre de Wilkinson au départ, qui a inscrit l’unique but de la rencontre. "Quel courage d’être placée en défense quand on est attaquante. Josée avait été fantastique à ce poste", juge Wilkinson en connaisseuse au micro de FIFA.com. "Jouer en défense pour une attaquante, c’est quelque chose de terrifiant, et elle l’a très bien fait. John a changé le système pour la garder dans l’équipe, mais plus près du but où sa vitesse est très utile, tout en restant efficace derrière", ajoute-t-elle, précisant les intentions de son entraîneur.

Herdman avait d’ailleurs pensé à tout, non seulement en multipliant les solutions offensives avec une ligne de trois, alliant la vitesse de Bélanger au sens du placement de Sinclair et à la puissance de Tancredi, mais aussi en bloquant les principaux atouts offensifs adverses "Chacune connait son rôle, mais nous avions plus de liberté en attaquant à trois", confirme Tancredi. "Nous devions les mettre sous pression, et bien attaquer dès qu’on récupérait la balle. C’était le plan." C’est là qu’intervient Scott, aussi précieuse pour ses coéquipières que dérangeante pour ses adversaires.

Deux enfants et une famille nombreuse
Alignée devant la défense, la joueuse de Notts County, a prêté main forte à sa ligne défensive pour tenir en respect les attaquantes helvètes, tout en soulageant les siennes du travail défensif. "Je devais d’abord faire le travail défensivement, et rester près de la ligne arrière. Lara Dickenmann et Ramona Bachmann sont sans doute leurs deux meilleures joueuses, et je devais renforcer le rideau défensif pour qu’elles touchent le moins de ballons possible, en tout cas loin du but", nous explique-t-elle quelques minutes après avoir rempli sa mission.

"Ce sont deux très bonnes joueuses, techniques et rapides, et c’était plus sûr de mettre des défenseuses de métier pour les bloquer", renchérit Wilkinson, qui n’a pas encore 90 minutes dans les jambes et a cédé sa place à Marie-Eve Nault en fin de rencontre. "Le plan était surtout de toujours garder ces deux joueuses sous contrôle et marquer un but. Nous savions que nous devions mettre la pression sur leur défense, d’où l’idée de revenir à trois attaquantes."

Et quand papa Herdman dit quelque chose, on l’écoute. Le plan conçu dans la tête du technicien a été appliqué à la perfection sur le terrain. "John tape dans chaque ballon avec nous, il a gagné le match avec nous", insiste Wilkinson, soucieuse de diviser le mérite de ce succès entre tous ceux qui y ont contribué. "Cette victoire lui appartient largement", embraye Tancredi. "Il travaille énormément pour que nous soyons le mieux préparées possible. La victoire, nous la devons à son travail. Cette fête des pères, c’est un jour spécial pour lui. Ses deux enfants étaient avec lui, et ses 23 autres filles voulaient lui faire plaisir."

Famille nombreuse, famille heureuse...