Il y a quatre ans, Hope Solo sortait déjà d'une finale de Coupe du Monde Féminine de la FIFA™ avec le Gant d'Or adidas et une médaille autour du cou. Mais la couleur de la médaille était différente, et le trophée collectif n'était pas au rendez-vous. La scène était placée sous le signe de l'amertume.

"Aujourd'hui, ce Gant d'Or est beaucoup plus agréable à porter. Très agréable !", s'exclame la gardienne des États-Unis au micro de FIFA.com. "Je me sens tellement bien. C'est incroyable. Je crois que je suis à l'apogée de ma carrière", poursuit la joueuse de 34 ans.

Tout au long de la compétition, la gardienne n'aura concédé que trois buts, un lors de l'entrée en matière des États-Unis contre l'Australie, et deux en finale face au Japon. Entre-temps, elle a vécu 540 minutes de football sans voir ses filets trembler. Si l'on ajoute à cela plusieurs parades spectaculaires çà et là, le trophée qui lui a été décerné est plus que mérité. "Ça a été un tournoi presque parfait à plus d'un titre : le trophée, le Gant d'Or, Carli qui décroche le Ballon d'Or… Il y a eu un gros travail collectif", commente-t-elle.

Un travail qui aura duré quasiment quatre ans, pour faire tous les réglages nécessaires suite à la finale de Coupe du Monde perdue en 2011 en Allemagne. "Tout est arrivé au bon moment. Nous avons progressé sur le plan tactique, technique, mental, individuel et collectif... Il y a quatre ans, nous étions passées si près", regrette-t-elle.

La revanche a été spectaculaire et sans appel. Après tout, les États-Unis attendaient cela depuis si longtemps. "Cela fait 16 ans que nous travaillons pour ça. Ce trophée mondial est celui de toute l'Amérique", résume-t-elle peu de temps après avoir soulevé le troisième trophée mondial des Stars and Stripes. "Je dédie ce Gant d'Or à mes coéquipières, à tous les entraîneurs qui m'ont conseillée tout au long de ma carrière et m'ont soutenue dans les bons moments comme dans les moins bons. C'est un trophée individuel, mais il est le fruit du travail de beaucoup de personnes, sans lesquelles je ne serais pas là aujourd'hui. Je le dédie également à mes coéquipières, surtout les défenseuses", conclut-elle avant de prendre le chemin des vestiaires, où la fête ne s'arrêtera pas de sitôt.