• C’est la joueuse la plus capée de l’histoire de la sélection espagnole
  • Avec le Barça, elle va disputer les quarts de finale de l’UEFA Champions League
  • Destination France 2019 : l’Espagne affronte la Serbie (24 nov.) et l’Autriche (28 nov.)

Beaucoup de choses ont changé depuis l’époque où elle a commencé à taper dans un ballon dans la cour de l’école… Aujourd’hui, elle est capitaine de la sélection espagnole qui s’apprête à disputer deux matches importants dans le cadre des qualifications pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019™, face à la Serbie et l’Autriche.

Marta Torrejón, la joueuse du FC Barcelone, appartient déjà à l’histoire de la Roja mais est déterminée à "grandir", un mot qui est constamment revenu lors de cet entretien avec FIFA.com.

*Marta Torrejón
27 ans
Arrière droite
Clubs : Espanyol de Barcelone (2001-13), FC Barcelone (2013-)
Palmarès : 3 titres en Liga, 5 Coupes de la Reine, 1 Algarve Cup
Diplômée en biologie*

"La Coupe du Monde en France sera un grand tournoi. Irene (Paredes, défenseuse espagnole du PSG) nous a dit que les Françaises étaient heureuses, qu’elles se préparaient bien. Nous aussi, nous voulons y aller. Le fait de participer à Canada 2015 a été fantastique, et ça nous a donné l’envie de revenir et de faire mieux", explique la capitaine de la sélection espagnole, avant de poursuivre : "La France sera préparée comme jamais. Individuellement, les Françaises font partie des meilleures joueuses du monde, à tous les postes. Mais c’est vrai que sur le plan collectif, elles ont du mal à confirmer dans les grands tournois. Cela dit, en tant que pays hôte, la France aura à cœur de frapper un grand coup. Vivre une Coupe du Monde dans son propre pays, ça doit être génial. J’espère qu’on en organisera une ici un jour ! Ce serait magnifique !"

À l’UEFA EURO féminin 2017, l’Espagne a été éliminée aux tirs au but en quart de finale face à l’Autriche. Les Espagnoles ont aujourd’hui tiré les enseignements de cet échec : "Il nous a manqué les buts. On a bien joué, on a contrôlé les échanges, mais sans parvenir à concrétiser notre domination. Ensuite on s’est pris un coup de poignard, si je puis dire. Je crois néanmoins que nous sommes sur le bon chemin, il faut continuer à travailler et à croire en ce que nous faisons".

Il reste encore deux ans avant la prochaine Coupe du Monde. Au vu de la vitesse vertigineuse à laquelle progresse le football féminin, il est pratiquement impossible de faire le moindre pronostic. Par exemple, qui aurait pu prédire il y a dix ans que Marta Torrejón établirait un record historique avec la sélection espagnole ?

78 - Avec 78 matches disputés avec la sélection espagnole, Marta Torrejón est la joueuse la plus capée de l’histoire de la Roja. La défenseuse a commencé sa carrière internationale en 2007. 

"C’est un honneur. Je suis très heureuse et très fière. Sans le soutien de mes clubs et la confiance de mes entraîneurs, je n’y serais pas arrivée. Mais c’est un record qui sera rapidement battu. Il m’a fallu dix ans pour y parvenir, parce qu’à mes débuts, on jouait très peu de matches internationaux", précise l’Espagnole, avant d’ajouter : "Mais c’est une bonne chose. C’est le signe que ce sport est en train de grandir".

Il grandit d’ailleurs tellement qu’il a transformé, en peu de temps, le championnat espagnol en une destination très attrayante. Quelques-uns des transferts les plus marquants cette saison ont justement été réalisés par le FC Barcelone. Notamment, Lieke Martens, lauréate du prix The Best – Joueuse de la FIFA 2017.

C’est une fille très humble et très sereine. Vraiment charmante ! Sur le plan footballistique… Que dire ? Ses débordements sont spectaculaires et elle est très jeune. Elle a encore tout l’avenir devant elle. C’est un plaisir de jouer à ses côtés. En plus, aux entraînements, c’est moi qui suis chargée de défendre contre elle. Quand vous affrontez une joueuse qui vous rend la vie dure, c’est en réalité très positif, car ça vous fait grandir et vous apprenez énormément.

Les joueuses locales progressent au contact des stars étrangères. Le championnat devient plus relevé et plus intéressant pour le public. Les équipes peuvent désormais s’appuyer sur des joueuses plus complètes et compétitives. C’est une réaction en chaîne. Une situation que Marta était loin d’imaginer lorsqu’elle a commencé sa carrière à 14 ans en Superliga espagnole, avec l’Espanyol de Barcelone.

"En fait, tout ça me paraît tellement incroyable. Depuis mes débuts jusqu’à aujourd’hui, tout a changé radicalement. À tous les niveaux. En sélection, on s’améliore d’année en année : il y a plus de technique, la préparation physique est plus poussée, on joue davantage de matches amicaux. Il y a également plus d’attention de la part des médias, plus de publicité, plus d’intérêt. Il faut continuer à progresser, étape après étape. Le football féminin connaît une évolution

"Félicitations petite sœur ! Continue à travailler pour aller plus loin encore" - Marc Torrejón, le frère de Marta et aujourd’hui défenseur à l’Union de Berlin, après être passé par Fribourg, Kaiserslautern, le Racing de Santander et l’Espanyol de Barcelone.

Articles recommandés

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

La défense espagnole sur ses gardes

12 juin 2015

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

La Belgique en trombe, l'Allemagne tombe

25 oct. 2017

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

Les championnes d'Europe entrent en piste

18 oct. 2017

Coupe du Monde Féminine de la FIFA™

La Coupe du Monde Féminine se dessine !

18 sept. 2017