• Le football féminin français fête, ce 30 septembre 2017, ses 100 ans 
  • Le 30 septembre 1917 s'est en effet disputé le premier match de football féminin, à Paris
  • Marinette Pichon : "On a fait un sacré bonhomme de chemin" 

Le football féminin est à la fête en France, en ce mois de septembre 2017. Près de 10 jours après avoir célébré le lancement officiel de "sa" Coupe du Monde Féminine de la FIFA, au Musée de l’Homme à Paris, le pays souffle ce 30 septembre 2017 le centième anniversaire de la discipline. En effet, le 30 septembre 1917 s’est disputé le premier match de football féminin en France.

C’est dans un contexte de conflit international que deux équipes féminines du Club Fémina de Paris se sont ainsi opposées, emmenées respectivement par les pionnières Thérèse Brulé et Suzanne Liébrard. L’évènement avait été relayé à l’époque par le quotidien "L’Auto". Et si le score final et les détails du match resteront à jamais inconnus, le match lui fera date et restera dans les annales comme le point de départ de la discipline.

"On a fait un sacré bonhomme de chemin", analyse au micro de FIFA.com Marinette Pichon, légende du football féminin français. "Je constate qu’aujourd’hui on de moyens importants à la fois structurels et financiers. On a une équipe de France et des clubs rayonnants, des compétitions à la fois nationales et internationales passionnantes. Il y a du spectacle. C’est beau de voir cette pratique au plus haut comme ça."

1970, le tournant
Le foot féminin est en plein essor. Il paraît d’ailleurs inconcevable de comparer les deux époques tant les choses ont changé. Il n’en demeure pas moins que la discipline a mis du temps à officiellement exister en France. C’est seulement à partir de 1970 qu’elle va véritablement se développer. Près de 2 000 licenciées sont alors recensées par la FFF qui reconnaît la pratique cette année-là. Dans la foulée, les Bleues disputent leur premier match officiel reconnu par la FIFA le 17 avril 1971 et battent les Pays-Bas 4:0.

Dès lors, les sections féminines fleurissent dans les clubs de l’Hexagone. Des stars - Pichon, Corinne Diacre, puis Sandrine Soubeyrand, Louisa Nécib et Eugénie Le Sommer plus tard - ont émergé. Les équipes françaises, emmenées par l’Olympique lyonnais quadruple vainqueur de la Ligue des champions de l’UEFA (2011, 2012, 2016 et 2017), se sont invitées sur le devant de la scène européenne. Les stades n’ont plus cessé de se remplir… et ils devraient l’être encore plus avec l’accueil de cette Coupe du Monde Féminine de la FIFA en 2019.

"Il faut rester bien conscient des limites de notre pratique de ce que l’on peut faire, et ne pas faire. Le football féminin ne peut pas équivaloir au football masculin. Mais je suis convaincue que le foot féminin a encore une grande marge de progression", souligne Pichon avant de conclure : "Il va continuer à se développer comme il le fait. Mais il faut garder les pieds sur terre et ne pas griller les étapes. C’est un long processus". Un processus qui a été entamé il y a exactement 100 ans aujourd’hui.