• À 18 ans, Castellanos fait déjà partie des meilleures joueuses du monde
  • Nominée pour le prix The Best, elle a commencé à briller lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 2014
  • Elle nous parle de son désir de participer à France 2019 avec le Venezuela

Alors que le monde du football attend la révélation de l'emblème et du slogan officiel de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019 (le 19 septembre à Paris) nous vous proposons une série d'entretiens avec des personnalités du football féminin qui évoquent le passé, le présent et l'avenir du tournoi.

À 14 ans, Deyna Castellanos avait brillé lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Costa Rica 2014, où elle avait terminé Soulier d'or de la compétition, ex æquo avec sa compatriote, Gabriela García. Deux ans plus tard, elle avait réédité son show lors de la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA en Jordanie : Soulier de bronze, troisième meilleure joueuse, plus beau but de la compétition et indiscutable chef de file d’une sélection vénézuélienne qui avait pris la quatrième place.

Elle est la première à la reconnaître : sa carrière évolue à une vitesse étourdissante. "Je suis en train de monter les marches à coups de 500 !", rigole-t-elle. Les choses vont tellement vite pour la Vénézuélienne qu’elle est devenue, à 18 ans, la plus jeune nominée pour le prix The Best - Joueuse de la FIFA.

Alors qu’elle caresse le rêve de devenir la meilleure joueuse de la planète, l’attaquante de Florida State Seminoles raconte à FIFA.com qu’elle a aussi d’autres objectifs en tête. Elle se focalise notamment sur un pays en particulier : la France, qui accueillera la Coupe du Monde Féminine U-20 de la FIFA l’an prochain et sera l’épicentre du football féminin en 2019 à l’occasion de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™.

Participer à la Coupe du Monde dans toutes les catégories
"J’ai en tête de participer aux Coupes du Monde de toutes les catégories et de vivre cette expérience. Nous sommes déjà au travail et nous faisons des rassemblements pour trouver la bonne équipe. Nous sommes focalisés sur la France, non seulement pour la Coupe du Monde U-20, mais aussi pour les A."

Un pays hôte de rêve
"La France, en ce moment, c’est là que ça se passe. C’est là que le football féminin est pratiqué à son plus haut niveau. On a pu le constater lors de la dernière finale de la Ligue des champions entre l’Olympique Lyonnais et le PSG. Si je dois parler franchement, je vais dire que j’étais pour le PSG car j’ai une amie, Shirley Cruz, qui joue là-bas. Mais on a vu un très beau match, qui s’est joué aux tirs au but. J’ai pris beaucoup de plaisir à le suivre. Lyon et Paris sont de grandes équipes, et le championnat de France ne cesse de progresser."

2019 : une opportunité historique
"C’est un défi passionnant d’essayer de qualifier le Venezuela pour sa première Coupe du Monde chez les A (chez les hommes non plus, la Vinotinto n’a jamais disputé la Coupe du Monde). L’équipe qui va être constituée chez les A est assez intéressante. Il y a des joueuses de grande expérience, puis celles qui viennent tout juste de monter depuis les U-20 et qui ont joué avec moi au Costa Rica et ont participé à Papouasie-Nouvelle-Guinée 2016, et enfin les U-17 qui sont passées en U-20. Nous devons travailler ensemble car cette génération est importante, elle va apporter beaucoup de joie au pays."

Une vitrine idéale pour faire le grand saut
"Ce serait une immense opportunité de participer à la Coupe du Monde Féminine 2019, non seulement pour nous étalonner avec les autres, mais aussi pour utiliser cette compétition comme vitrine afin d’accéder au football professionnel. Mon projet, c’est de terminer mes études à l’université puis de faire le grand saut en Europe. La Coupe du Monde en France va être une vitrine, non seulement pour moi, mais aussi pour l’ensemble des mes coéquipières."

La route menant à France 2019

  • La Vinotinto briguera sa qualification lors de la Copa América 2018.
  • Cette compétition sera disputée au Chili du 4 au 22 avril. Les deux finalistes décrocheront un billet direct pour France 2019.
  • La sélection sud-américaine classée troisième se disputera un sésame mondialiste lors d’un barrage intercontinental avec le quatrième de la CONCACAF.
  • Le Brésil, la Colombie et l’Équateur ont représenté l’Amérique du Sud à Canada 2015.