La Namibie mise sur le long terme
© Getty Images

Depuis le début du Tournoi Olympique de Football Filles, les scores-fleuves s'enchaînent. Malgré ses efforts, la Namibie se retrouve régulièrement sous le feu des projecteurs pour les mauvaises raisons : battues d'entrée 9:0 par le Mexique, les Africaines ont concédé au pays hôte la plus lourde défaite de l'histoire du tournoi (10:0).

Cumuler des revers de cette ampleur n'est jamais facile à accepter, quel que soit le niveau de la compétition. Mais pour ce pays d'à peine 2,1 millions d'habitants, la portée de ces deux confrontations ne saurait se résumer au tableau d'affichage. En effet, la Namibie fait à Nankin ses premiers pas dans un tournoi FIFA, l'objectif est donc d'accumuler un maximum d'expérience internationale et de progresser.

"Pour leur première sortie, les filles étaient trop nerveuses", explique le sélectionneur Mervin Mbakera à FIFA.com. "Elles ont fait beaucoup d'erreurs et perdaient le ballon trop rapidement. Contre la Chine, elles étaient plus détendues, ce qui leur a permis de montrer davantage de choses. Malheureusement, nous n'avons pas pu résister aux assauts du pays hôte. Dans une compétition de jeunes de ce niveau, tout ça ne me paraît pas très étonnant."

Si l'apprentissage se fait dans la douleur. la Namibie progresse certainement à pas de géant depuis son arrivée en RP Chine. "Nous avons perdu, mais nous avons gagné en expérience", poursuit le technicien. "Les joueuses savent ce que l'on attend d'elles et elles ont pu mesurer les exigences du haut niveau. Elles ont beaucoup à apprendre d'un tel tournoi. Si elles continuent à progresser, elles pourraient intégrer d'autres sélections ou même l'équipe nationale d'ici quatre ou cinq ans."

Une année charnière
L'année 2014 restera sans doute comme un grand cru pour le football féminin namibien. En marge de la qualification de la sélection U-15 pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse, l'équipe nationale, les Brave Gladiators, disputera la 11ème édition du Championnat d'Afrique des Nations Féminin de la CAF en tant que pays hôte. Les trois équipes qui termineront en tête de la compétition en octobre valideront directement leurs billets pour la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™. Tous ces événements pourraient permettre au football féminin de franchir un premier palier en Namibie.

"Il y a quelques années, notre pays a lancé la Women's Super League", raconte Mbakera. "Il y a deux ans, nous avons mis en place des championnats Galz & Goals U-15 pour les jeunes filles. La plupart de mes joueuses sont issues de ces compétitions. Cette organisation nous permet de favoriser le développement de jeunes talents."

Jacqueline Shipanga, la sélectionneuse des Brave Gladiators, joue elle aussi un rôle essentiel dans l'évolution du football féminin en Namibie. "C'est une pionnière. En plus de ses activités à la tête de l'équipe nationale, elle a fondé la Jacqueline Shipanga Academy, qui a remporté la première saison de Women's Super League. Elle m'a donné de nombreux conseils pendant que je mettais mon équipe en place pour ce tournoi. Après notre première défaite, elle était là pour nous encourager à repartir de l'avant."

Le 25 août prochain, les Namibiennes auront une dernière occasion de démontrer leur progression lors du match pour la cinquième place, qui les opposera à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. "Cette équipe participe pour la deuxième fois aux Jeux Olympiques de la Jeunesse", note Mbakera. "Elle a de l'expérience à revendre. Ça ne sera pas un match facile mais nous allons donner le meilleur de nous-mêmes et tout faire pour gagner, en tirant les leçons de nos précédentes sorties."  

Quelle que soit l'issue de la partie, le sélectionneur namibien estime que ses protégées ont énormément progressé durant leur passage à Nankin. "À leur retour, ces joueuses vont voir des portes s'ouvrir, après avoir représenté le pays dans un tournoi de cette envergure. Les autres les verront différemment et elles vont continuer à progresser. Avec le temps, elles s'imposeront comme de véritables stars en Namibie", conclut-il.