Jin Kun, fer de lance des Roses d'Acier

Durant le tirage au sort officiel pour le Tournoi Olympique de Football de la Jeunesse, en mai dernier, le sélectionneur et le manager général de la RP Chine, Lu Yiliang et Zheng Chaoyong respectivement, ont donné plusieurs interviews à FIFA.com, au cours desquelles les deux noms qui revenaient le plus souvent étaient Zhao Yujie et Jin Kun. La capitaine Zhao Yujie avait été nommée meilleure joueuse du Tournoi de Football Filles U-13 de l'AFC, il y a deux ans, mais le talent de Jin Kun était encore resté bien caché.

"Jin Kun est en pleine forme", assurait Zheng Chaoyong à FIFA.com il y a trois mois. "Lu et tout notre encadrement technique ont été impressionnés par son talent dès le départ. Avec du temps, une bonne formation et des efforts personnels, elle va forcément devenir une joueuse de grande classe."

Au Tournoi Olympique de Football de la Jeunesse Filles de Nankin, Jin Kun a eu la possibilité de donner un aperçu de son potentiel. Tout au long du premier match de la RP Chine dans la compétition, contre un Mexique qui figurait parmi les favoris au coup d'envoi du tournoi et comptait dans ses rangs deux rescapées de la dernière Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA au Costa Rica, Jin Kun a donné le tournis aux Nord-Américaines. Virevoltante sur son aile, elle a su bonifier pratiquement chaque ballon touché.

Passeuse décisive sur l'ouverture du score de Zhao Yujie, elle s'est chargée elle-même de marquer le but de la victoire 2:0. Dans le dernier match de groupe du pays hôte, Jin Kun a de nouveau inscrit son nom au tableau d'affichage une fois lors de l'écrasant succès (10:0) sur la Namibie, synonyme de demi-finales.

"Depuis quelque temps, Jin Kun progresse par à-coups", affirmait le sélectionneur Lu Yiliang au micro de FIFA.com après la deuxième sortie des Chinoises dans le tournoi. "Elle a amélioré sa technique et sa vision du jeu. Avant, elle utilisait ses qualités physiques pour prendre à revers ses adversaires et se créer énormément d'occasions, mais elle était assez maladroite devant le but. Elle a gagné en maturité et cela se traduit par des buts."

Dans les pas de Zhao Lihong
Jin Kun présente pas mal de ressemblances avec une autre ailière de son pays, Zhao Lihong, qui a fait partie de la génération dorée du football chinois à la fin des années 1990. Ses déboulés dans le couloir gauche étaient l'une des armes fatales des Roses d'Acier. Zhao avait joué un rôle primordial dans la formidable campagne des Asiatiques au Tournoi Olympique de Football Féminin, Atlanta 1996, qui s'était terminée par une médaille d'argent. Trois ans plus tard aux États-Unis, c'est à peu près la même équipe qui avait atteint la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™.

Paradoxalement, Jin Kun a commencé assez tard par rapport au reste de l'équipe. "L'encadrement technique a beaucoup travaillé avec elle. Quand nous l'avons vue pour la première fois il y a trois ans, nous avons très été impressionnés par sa condition physique, mais beaucoup moins par son niveau technique. Nous avons mis au point un programme de développement personnalisé. Nous étions très exigeants. Elle a répondu à nos attentes et aujourd'hui, elle a sa place dans le onze de départ", explique Lu Yiliang.

Jin Kun sera sans aucun doute l'un des atouts de la RP Chine, en demi-finale face à la Slovaquie. Dans les deux rencontres de groupe, la Chinoise a été impressionnante de polyvalence, alternant des actions sur les deux ailes et dans une position un peu plus reculée, de milieu offensif. Preuve qu'elle acommencé tard, mais qu'aujourd'hui, elle sait tout faire.