MU craque, Tottenham et Chelsea sourient
© Getty Images

 

Manchester United, tenu en échec à Tottenham (1-1) dimanche, perd un peu de terrain sur son dauphin Manchester City, victorieux de Fulham (2-0) et qui revient à cinq points du leader alors que Chelsea a encore battu Arsenal (2-1), accentuant la pression sur Arsène Wenger.

Van Persie n'a pas suffi. Depuis le début de la saison, Robin Van Persie est l'homme providentiel de United. Sans ses buts décisifs, MU ne serait pas en tête du classement et souvent, ses réalisations ont suffi pour assurer les trois points de la victoire à son club. Pas dimanche. Pourtant, il a encore été d'une efficacité insolente avec un but sur son unique occasion. 

Mais les Red Devils ont craqué dans les arrêts de jeu, ce qui ne leur arrive que rarement. Une frappe de Dempsey et ce sont deux points de perdus à la dernière minute pour le leader. Cela ne devra plus se reproduire ou les cinq points d'avance sur Manchester City pourraient fondre plus vite qu'attendu.

City grignote. C'était sûrement le moment ou jamais. Avec deux matches piège pour Manchester United, face à Liverpool (2-1) et à Tottenham (1-1), en l'espace de sept jours, Manchester City espérait pouvoir en profiter. Les Citizens n'y sont pas parvenus autant qu'espéré mais ils ont tout de même pu réduire leur déficit sur le leader de sept à cinq points après leur victoire sur Fulham samedi. 

Arsenal décroche
C'est toujours bon à prendre surtout que la dynamique semble enclenchée désormais pour les partenaires de Sergio Agüero qui montent en puissance malgré l'absence de Yaya Touré, parti à la CAN. Le championnat se jouera peut-être le 6 avril à Old Trafford. D'ici là, le champion en titre a un calendrier plus difficile que son voisin honni. Il faudra donc un sans faute pour continuer à essayer de refaire ce retard sur le voisin.

Benitez-Wenger, mêmes destins. Dimanche, le premier a battu le second et pourtant, Rafael Benitez et Arsène Wenger font tous les deux face à la fronde de leurs supporteurs respectifs. A Chelsea, l'Espagnol n'est toujours pas adopté par les fans des Blues, et ne le sera peut-être jamais, à cause notamment de résultats en dents de scie et de son choix de défendre à tout prix Fernando Torres, préféré à Demba Ba et encore inexistant face à Arsenal. 

Pour Wenger, c'est son manque d'action sur le marché des transferts qui frustrent les supporteurs des Gunners presque autant que leur sixième place au classement. La défaite à Chelsea, la sixième déjà de la saison, a encore souligné les lacunes de son équipe. Arsenal pointe désormais à sept longueurs du quatrième, Tottenham et onze de Chelsea. Certes, les partenaires de Jack Wilshere ont un match de plus à jouer, mercredi face à West Ham, mais comme le dit Wenger lui-même: "la situation au classement est inquiétante".