Giroud en quête d'un statut à la Ribéry
© AFP

Olivier Giroud a encore du chemin à faire, malgré de très nets progrès ces derniers mois, pour acquérir à Arsenal le statut de pièce maîtresse que Franck Ribéry, son coéquipier chez les Bleus et futur adversaire mardi en Ligue des champions, possède depuis longtemps au Bayern.

L'ex-Montpelliérain, recruté l'été dernier pour remplir le vide laissé par le départ de Robin Van Persie, n'a pas à rougir de ses performances. "Depuis le début de la saison, j'en suis à 14 buts et 11 passes décisives. C'est mieux que Van Persie à ses débuts, même s'il est arrivé plus jeune que moi", a récemment souligné l'attaquant, âgé de 26 ans.

Après des débuts difficiles qui avaient fait douter le public anglais de ses capacités d'adaptation à la Premier League - il avait dû attendre son septième match pour marquer son premier but pour Arsenal - Giroud a montré de belles choses et est désormais titulaire dans les grands matches.

"Il a tout ce qu'il faut. Il est grand, il est costaud et plus rapide qu'on ne le pense. Quand il se met en mode combat, il est très difficile à maîtriser", a dit Arsène Wenger fin janvier, après une semaine exceptionnelle où son poulain avait marqué cinq fois en trois matches.

Il manque toutefois à Giroud un peu d'efficacité devant la cage pour faire oublier l'ex-idole néerlandaise des "Gunners". Le Français donne toujours beaucoup de lui-même et pèse sur les défenses grâce à son physique, mais il rate encore un pourcentage trop élevé des nombreuses occasions qu'il se crée. Samedi, il n'a pas su être le sauveur d'Arsenal lors de la désastreuse élimination à domicile en Coupe d'Angleterre par Blackburn (1-0), un club de D2.

Ribéry, lui, est reconnu par ses pairs comme le meilleur joueur de la première moitié de saison, même s'il a connu vendredi à Wolfsburg (2-0) un petit coup de mou selon les standards établis jusque-là: des "stats" modestes, son deuxième carton jaune de la saison après un clash avec Vieirinha et un remplacement (78e) par Robben qui en a profité pour claquer son but.

Ribéry l'indispensable
Peut-être l'influence du fait divers qui s'est produit deux jours plus tôt: ce supporteur français qui, en dupant la sécurité, a réussi à se faufiler pour agresser "Francky" dans les vestiaires avant d'être évacué.

Pas de quoi mettre en doute son statut de pièce indispensable du puzzle bavarois, au même titre qu'un Manuel Neuer, alors qu'un Arjen Robben commence à trouver le temps long sur le banc des remplaçants.

Epargné par les blessures, il a joué les dix derniers matches. "Je suis bon comme jamais (...) Du point de vue des qualités, tout le monde sait ce que je vaux", a assuré fin janvier le plus bavarois des Français qui, à 29 ans, répète sans cesse son bonheur de jouer et vivre à Munich, où il s'est installé en 2007. D'autant qu'il a la confiance du coach Jupp Heynckes et est adulé en Bavière comme dans toute l'Allemagne.

Ses prestations ne se traduisent pas toujours par des buts ou des passes décisives (4 et 8 depuis le début de saison). Son dernier but remonte au 24 novembre et la victoire sur Hanovre. Mais son jeu tout en accélérations et crochets courts lui valent souvent les honneurs du stade comme contre Schalke (4-0) où il a été le plus prolifique des Bavarois avec 89 ballons touchés, 14 duels gagnés. Il a aussi été à l'origine d'un penalty transformé par le jeune latéral autrichien David Alaba, avec lequel il s'entend parfaitement sur le flanc gauche.