Lyon, un prétendant de plus en plus crédible
© AFP

Leader de la Ligue 1 après 15 journées, l'Olympique lyonnais, vainqueur de Marseille au Vélodrome (4-1) mercredi puis de Montpellier (1-0) samedi, s'affirme comme un prétendant au titre de plus en plus crédible.

L'OL est d'attaque
Avec Bafétimbi Gomis, auteur d'un triplé contre l'OM et du but de la victoire face à Montpellier, l'OL dispose d'un véritable buteur qui compense la nouvelle absence sur blessure de Lisandro Lopez. Gomis atteint pour la 7e saison de suite 10 buts en L1 (en 15 matches disputés dont 14 comme titulaire). Il est 2e au classement des buteurs derrière Zlatan Ibrahimovic (13 buts).

Il peut attendre impatiemment le déplacement à Saint-Etienne, son ancien club: il a toujours marqué avec l'OL à Geoffroy-Guichard, en championnat. "Il travaille beaucoup à l'entraînement. Nous sommes très contents qu'il soit en réussite. C'est très important pour l'équipe et nous espérons qu'il va continuer toute la saison ainsi", souligne Steed Malbranque. L'OL a désormais la meilleure attaque de la L1 (28 buts) à égalité avec Valenciennes.

Une défense en progrès
La saison passée, l'OL possédait la 14e défense de L1, ce qui a contribué à lui faire manquer le podium pour la première fois depuis 1999 (4e). L'OL, qui a concédé trois buts d'un coup à Toulouse (3-0) a la 4e défense du championnat, ex-aequo avec Marseille, Lille et Reims (15 buts encaissés).

Le départ de Hugo Lloris a été bien digéré grâce à Rémy Vercoutre, déterminant plusieurs fois. Samuel Umtiti, 19 ans, produit du club, s'affirme de match en match après avoir débuté avec les professionnels en janvier dernier. Il fait oublier l'absence, sur blessure, encore, du Croate Dejan Lovren.

Un milieu royal
Avec Steed Malbranque, Maxime Gonalons ou encore Gueïda Fofana, en nets progrès, l'OL peut faire tourner sur les deux postes de récupérateurs. Il peut aussi compter sur deux meneurs de qualité avec Clément Grenier, excellent contre Montpellier en 1re période après l'avoir été à Marseille, et Yoann Gourcuff qu'il a parfaitement remplacé. Le Breton est en regain de forme cette saison, semblant être dans le ton d'un groupe plus uni que les dernières saisons.

Un recrutement plus ou moins réussi
Les départs des fameux "pharaons" et autres "dinosaures du vestiaire" ont soulagé les finances d'OL Groupe, dont les trois derniers exercices ont été déficitaires, et ont permis de promouvoir des jeunes produits du club.

A presque 33 ans (en janvier), Steed Malbranque, sans club au moment de signer son contrat d'un an, s'est imposé en patron de l'équipe. Son rapport qualité-prix est imbattable cette saison en L1. Le défenseur central Milan Bisevac remplace avantageusement Cris qui, à 35 ans, était en bout de course.

En revanche, l'Argentin Fabian Monzon (ex-Nice), est une déception tant comme arrière gauche que comme milieu. Arnold Mvuemba, venu de Lorient, ne peut jouer en Coupe d'Europe avant les 16es de finale. Il n'a disputé que quatre matches avec Lyon et plus aucun depuis le 31 octobre et l'élimination à Nice en Coupe de la Ligue. L'absence de joueurs de couloirs n'a pas été compensée cet été.

Les jeunes répondent présent
L'Académie a fourni des atouts peut-être plus vite que prévu. Alexandre Lacazette est titulaire pour la seconde saison, Umtiti s'affirme alors que Rachid Ghezzal commence à afficher des progrès qui feront vite oublier, sur le côté gauche, Michel Bastos dont l'OL voudrait se séparer, comme sans doute Jimmy Briand, dernièrement blessé et qui retrouvera difficilement une place.