Les gros bras au coude-à-coude
© AFP

Le Paris SG, en dominant avec réussite (1-0) une équipe de Lyon qui a tactiquement perdu la rencontre avec une défense à cinq, reprend à la différence de buts la tête de la L1 devant son visiteur du jour et Marseille, trois équipes à 35 points, dimanche après la 18e journée de L1.

Pour parvenir à ce résultat, Paris, qui a remporté ses trois derniers matches, a eu besoin d'un petit coup de pouce et celui-ci est venu en fin de 1re période par un but de Matuidi (45+1) alors que Lyon avait démarré pied au plancher et même touché le poteau. Ensuite, tout est devenu plus facile contre les Lyonnais abattus et fatigués, qui ont permis au PSG de contrôler la rencontre.

Avec un peu plus de réussite, il aurait pu s'imposer sur un 3e 4-0 d'affilée, mais les Parisiens peuvent s'estimer heureux d'avoir repris en deux journées leurs cinq points de retard. Leader avant de finir l'année à Brest, le PSG peut se féliciter d'avoir changé d'attitude après sa crise de novembre puisqu'il a également la meilleure attaque et la meilleure défense.

Spécialistes du nul
Et si ça danse collé-serré en tête de la L1, c'est donc aussi parce que l'OM a fait le minimum syndical à Toulouse. En double supériorité numérique après les exclusions de Mbengue et Tabanou, les Olympiens ont en effet musardé et longtemps déjoué face à un excellent Ahamada, qui a même repoussé un penalty d'Andre Ayew, avant de prendre l'avantage grâce à son revenant Gignac, auteur d'une splendide frappe enroulée.

Si les écarts se resserrent donc tout devant, il en est de même tout derrière après la défaite de Sochaux à domicile et donc la 1re victoire à l'extérieur (2-1) de Brest chez les Doubiens, mais aussi parce que Troyes a remporté son 2e match de la saison. Pour y parvenir, les Aubois ont eu besoin de la visite d'Ajaccio (14), et encore cela s'est fait en tremblant car l'ESTAC, qui menait 3-0 à la pause, a encaissé deux buts dans les dernières minutes.

Dimanche, Nancy aurait pu quitter la 20e place mais, tétanisé par un but d'avance et une exclusion côté bordelais, les Lorrains ont joué petit bras et permis aux Girondins d'égaliser logiquement. Mais Bordeaux, 2e il y a un mois lors de sa dernière victoire, continue de reculer (7). Le match entre deux spécialistes du nul, avec un 4e d'affilée pour Bordeaux et un 6e pour l'ASNL, ne pouvait pourtant pas déboucher sur autre chose.

Du coup, sept points ne séparent plus que le dernier du 1er non-relégable, Reims, qui a mis fin à 699 minutes sans but avant d'être rejoint (1-1) par des Lillois qui trébuchent encore et restent honteusement cachés dans le ventre-mou (11). Un petit trou existe également entre les occupants du podium et les poursuivants.

Carton de Montpellier
Lorient, qui a été battre (2-0) un Saint-Etienne au bord de la rupture depuis sa défaite à domicile contre Lyon après une belle série de 12 matches sans défaite, se retrouve seul 4e avec 30 points, trois d'avance sur son adversaire du jour (8).

Entre eux, on retrouve également Nice (5) et Rennes (6). Les Bretons avaient ouvert vendredi l'avant-dernière journée avant la trêve par un succès facile (2-0) sur Valenciennes (10). Celui des Aiglons contre Evian (15) a été plus compliqué à obtenir (3-2) mais il est finalement assez logique avec un doublé de Cvitanich (10 buts) et un énième dernier but dans les arrêts de jeu. Cette fois-ci, c'est le jeune Maufay, 16 ans qui s'est mué en héros, ce qui en fait le 2e plus jeune derrière buteur en L1 derrière Paganelli.

Enfin, le carton du jour a été signé Montpellier (9), qui a explosé (4-0) une équipe de Bastia (15) dont ce n'était vraiment pas la semaine après la suspension à titre conservatoire de son terrain jeudi en raison des écarts récurrents de ses supporteurs. A noter le 1er but de toute beauté d'Estrada, une volée de 25 mètres sans contrôle et la remontée du champion de France qui pénètre dans le Top10.