Montpellier craque à Lille
© AFP

Montpellier, qui restait sur une série de trois victoires consécutives en L1, est retombé dans ses travers, samedi au Grand Stade de Lille, s'inclinant lourdement (4-1), à 10 contre 11 toute une mi-temps après l'exclusion de Belhanda, lors de la 19e journée.

Le duel entre les deux derniers champions de France a largement tourné à l'avantage du lauréat 2010-2011, qui a livré l'une des meilleures premières périodes de sa saison et conclu sur une note positive une première partie de saison heurtée.

Pour le champion en titre, c'est un coup d'arrêt brutal après une belle remontée dans la première moitié du classement (9e avant cette journée).

Les Lillois, battus par les Rémois dans l'engagement le week-end dernier (1-1), se sont cette fois montrés beaucoup plus percutants. Les joueurs de Montpellier, affaiblis au milieu (Estrada, Saihi, Pitau et Marveaux blessés) et en défense (Yanga-Mbiwa utilisé en milieu défensif), ont été dépassés.

Le Losc, qui a nettement dominé, a néanmoins ouvert le score avec un peu de chance. A la 24e, la frappe de Roux, servi par Payet, a été contrée par Congré et la trajectoire a surpris Jourdren qui ne pouvait rien faire.

Par contre, le deuxième but lillois ne devait rien à personne. En confiance depuis quelques matches, Dimitri Payet a ajusté Jourdren de sa "spéciale": une frappe parfaitement enroulée qui a expédié le ballon dans le petit filet (43).

Roux s'est offert un doublé, très bien lancé par Marvin Martin, auteur d'un très bon match et de sa deuxième passe décisive en L1 (3-0, 62).

Montpellier asphyxié
Et Mendes, entré en jeu, a porté le coup de grâce pour l'équipe de René Girard en poussant le ballon dans le but vide après une première tentative de Roux qui avait obligé Jourdren à un plongeon (74).

Camara a sauvé l'honneur pour Montpellier en profitant d'une mésentente entre Digne et Elana (82).

Lille, pourtant privé au dernier moment de Debuchy et Balmont, a asphyxié Montpellier et s'est créé beaucoup plus d'occasions.

Payet a beaucoup tenté, tout comme Martin, en revanche trop collectif à la demi-heure de jeu en voulant centrer alors qu'il était dans une situation idéale pour marquer. Pedretti, dans un très bon jour, a distillé de bons ballons et a aussi tenté sa chance (34e, reprise à côté).

Montpellier avait pourtant bien débuté avec une frappe d'Herrera dans le petit filet dès la 7e minute.

Mais jusqu'au but de Camara, l'équipe héraultaise ne s'est créée qu'une seule grosse occasion, par Utaka, qui a profité d'une erreur de Chedjou puis de Basa mais a trop tiré sur Elana (45+1).

L'exclusion de Belhanda, coupable dans les arrêts de jeu de la première période d'une obstruction sur Roux puis dans la foulée d'un coup de pied dans le tibia de Pedretti, n'a rien arrangé.