Ligue 1 : Les réactions à chaud
© AFP

FIFA.com a sélectionné l'essentiel des réactions des entraîneurs de Ligue 1, à l'issue des rencontres de ce samedi 22 décembre comptant pour la 19ème journée. Si le Paris Saint-Germain a décroché le titre champion d'automne la veille, l'Olympique lyonnais est revenu à sa hauteur en dictant sa loi à Nice. 

Lille 4:1 Montpellier - Rudi Garcia, entraineur de Lille
On est content d'avoir gagné. Après, il y a encore des choses qu'on peut bien améliorer, notamment cette entame de deuxième période. Maintenant il y a des points positifs, on a marqué quatre buts, de nos attaquants, donc ça c'est bien. Je n'oublie pas qu'on a joué une équipe de Montpellier qui avait beaucoup d'absents. J'ai l'impression qu'on part se reposer un peu avec le sentiment du travail bien fait.

AC Ajaccio 2:4 Rennes - Frédéric Antonetti, entraîneur de Rennes
On a fait le match qu'il fallait. L'an dernier, on aurait sans doute coulé après l'ouverture du score. Là, on a réussi à réagir c'est un point positif. Cette équipe a des qualités, elle a pu les montrer. Je pense que la victoire est logique sur la physionomie du match. Le souci, c'était de jouer et d'opérer en contre. On a bien fait circuler le ballon et inscrit trois buts sur coup de pied arrêté, ce qui montre que nous avons les joueurs pour. C'est une satisfaction, le groupe a mûri et parvient à la trêve avec 32 points, c'est bien.

Lorient 2:2 Reims - Hubert Fournier, entraîneur de Reims
Abattu ? C'est un peu fort. Mais c'est sûr que l'on est contrariés, non pas que le nul est immérité, mais le scénario... L'égalisation arrive sur coup de pied arrêté dans les dernières secondes alors que l'on avait la possibilité de tuer le match, notamment en seconde période. Nous sommes très déçus car il y avait sans doute la place pour la victoire. Mais on est dans le vrai, cela confirme notre match contre Lille (1:1 dimanche dernier), et on marque deux buts à l'extérieur, ce qui ne nous était pas arrivé depuis le début de saison. Il faut s'appuyer sur ce match même si on aurait passé de meilleures fêtes avec les trois points. 

Bordeaux 0:0 Troyes - Francis Gillot, entraîneur de Bordeaux
Du gâchis, je n'en sais rien, en tout cas, un match si on ne marque pas de but, on ne peut pas le gagner. Il y a eu quelques arrêts du gardien, une première mi-temps correcte, une 2e beaucoup plus difficile. Souvent ce sont des matches que l'on perd 1:0, 2:0 sur des contres, Troyes n'a pas fermé le jeu, ils sont sortis, ils ont eu deux ou trois opportunités même si cela n'a pas été très loin grâce à notre défense qui a bien maîtrisé. Devant, on avait six joueurs à vocation offensive, on a eu du mal à trouver des solutions et quand on les trouvait, c'est le gardien adverse qui faisait la différence. Il nous manque l'efficacité, c'est le plus dur à trouver dans le football, on aurait pu jouer longtemps, on n'aurait jamais marqué. 

Lyon 3:0 Nice - Rémi Garde, entraîneur de Lyon
Nous avons vaincu la malédiction du dernier match de l'année. Je pense que la victoire est méritée mais au vu des occasions, c'était un match ouvert. Il a fallu un bon Rémy Vercoutre à 0:0 pour nous enlever une épine du pied. Je pense que nous n'avions pas tous les ingrédients habituels pour contrôler le match. Nous nous sommes adaptés au fur et à mesure de notre potentiel en cette première moitié de saison. Si nous avions cru, en début de saison, en ce que nous avons fait, nous aurions été très heureux. Nous en sommes à mi-chemin et il ne sera pas facile de faire un parcours identique.

Bastia 4:2 Nancy - Jean Fernandez, entraîneur de Nancy
Je n'avais jamais vécu cela, c'est-à-dire prendre quatre buts sur corner dans le même match. Un ou deux, oui, mais quatre... C'est un problème de rigueur, de concentration. C'est difficile à expliquer. On a la première occasion du match par Bakar au bout de six minutes, et si nous marquons, le match n'est peut-être plus le même. Et quand on est mené 3-0 au bout de 25 minutes, ça devient compliqué.