Maupay, 16 ans et plein d'espoirs avec Nice
© AFP

A peine âgé de 16 ans, le jeune Niçois Neal Maupay est devenu le deuxième plus jeune buteur de l'histoire de L1 et sera prêt dimanche lors du duel contre Bordeaux en championnat à bondir du banc des remplaçants pour essayer de réaliser son rêve européen.

Alors que tant d'ados se posent des questions sur leur avenir, Neal Maupay voit loin, juste et vite. Comme sur la pelouse où le gamin a déboulé en septembre devant Brest (4-2; 5e journée), un mois après avoir soufflé seize bougies. Trois mois plus tard, il devenait le deuxième plus jeune buteur de l'histoire de l'élite en marquant devant Evian (3-2), une réalisation donnant la victoire aux Aiglons.

Depuis, le néo-pro a récidivé à Lille (0-2; 20e journée) puis en 32e de Coupe de France à Metz (2-3 a.p.). Claude Puel a perçu rapidement l'énorme potentiel du natif de Versailles et sa maturité stupéfiante. Sans tentation de figurer dans un livre de records, Puel l'a titularisé devant l'OL en 8e de la Coupe de la Ligue (3-1). Le Lyonnais pourtant aguerri Bisevac avait fini par craquer devant le toupet et la spontanéité en mouvements incessants du dernier-né de la formation niçoise.

Le sélectionneur national des U17, Patrick Gonfalone lui a donné le brassard conjointement au Messin Cornet. "Neal pourrait faire la causerie, explique le cadre tricolore. Au-delà de ses qualités innées de buteur, de son adresse et de son mental, il est très intelligent."

"Il se pose les bonnes questions et a les bonnes réponses." En avance sur tous les tableaux, il a sauté le CE2 à l'école primaire, l'ancien poussin du club de Valbonne (AM) a enchaîné au printemps Gambardella et bac de Français avec un 17 à l'oral sur le thème de la négritude développé par Aimé Césaire.

 

Un rêve européen
"A l'entraînement, on ne voit pas un gamin mais un footballeur qui veut progresser et doit encore le faire. Son manque d'expérience n'apparaît que dans son goût pour Boca Juniors", plaisante Renato Civelli, fan il est vrai, de River Plate, le club rival argentin. Le défenseur et son compatriote Dario Cvitanich ont une tendresse particulière pour Maupay dont la mère infirmière est également argentine.

Couvé comme les autres jeunes lancés dans le grand bain (Rafetraniaina, 16 ans, Bosetti 19 ans), Neal Maupay n'a été autorisé qu'à une seule interview en petit comité. "Tout est allé très vite mais il ne doit pas se disperser, il a encore à apprendre son métier sur et hors du terrain", prévient Puel, qui n'ignore rien des multiples écueils sur la route des espoirs du foot.

Au lendemain de son tout premier but en L1, le candidat au Bac STG est repassé en réserve leader en CFA2 (6 buts dans ce championnat). "S'il est en avance sur son temps, il a encore des paliers à franchir." "Claude l'utilise avec intelligence", appuie Gonfalone qui récupérera Maupay lundi pour deux matches amicaux en Israël dans le cadre de la préparation du tournoi Elite qualificatif à l'Euro 2013, l'un des objectifs du jeune joueur avec le Bac et quelques buts supplémentaires.

L'attaquant rêve de connaître l'Europe dans le nouveau stade niçois. Elle sera au coeur de la confrontation, dimanche, entre des Niçois éliminés mercredi par Nancy en Coupe de france mais en grande forme en championnat (4e, 26 points sur 33 lors des 11 dernières journées) et des Bordelais, 7e à 3 longueurs derrière.