Opération dégraissage sur la L1
© AFP

Engagés dans une course contre la montre pour se mettre en conformité avec le fair-play financier de l'UEFA autant que pour équilibrer leurs propres comptes, les clubs de L1, y compris le Paris SG, ont profité du mercato d'hiver pour dégraisser massivement leurs effectifs.

Dans ce tableau un peu morose, Marseille, s'il n'avait pas vendu Rémy pour plus de 10 millions d'euros à QPR, le dernier du championnat anglais, ferait presque figure d'exception avec les arrivées conjointes de Kadir (Valenciennes) et Sougou (Cluj), deux joueurs qui doivent aider l'OM à décrocher une place en C1 en mai.

Dans un marché hivernal traditionnellement atone, les Anglais et Newcastle en particulier se sont montré les "meilleurs amis" des clubs français.

Les Magpies ont ainsi injecté près de 20 M EUR en L1 pour débaucher Yanga-Mbiwa (Montpellier), Sissoko (Toulouse), Gouffran (Bordeaux), Debuchy (Lille) et Haïdara (Nancy).

Le phénomène accrédite l'idée d'un affaiblissement de la L1 puisqu'en ajoutant Mvila, parti en Russie au Rubin Kazan, ce sont cinq Bleus en pleine force de l'âge qui ont quitté des bons clubs français pour des formations souvent de niveau inférieur mais capables de leur assurer des rémunérations bien plus confortables.

Lyon a également suivi le mouvement, avec la bénédiction du président Aulas, en cédant Bastos à Schalke 04 et Monzon à Fluminense. Son classement en mai indiquera si ces départs n'ont pas pénalisé la politique sportive.

Habitué depuis 2011 et son rachat par QSI à faire figure d'exception, le PSG n'a cette fois-ci pas fait de folie. Lucas est bien arrivé de Sao Paulo pour plus de 40 M EUR, mais ce transfert avait été réglé dès l'été.

Les nouveaux riches de la L1 se sont donc contentés de peaufiner les contours de leur effectif en laissant partir vers des contrées exotiques des joueurs sur lesquels ils ne comptaient plus (Hoarau en Chine, Nene au Qatar et Luyindula à New York). Ils ont aussi prêté Lugano et son gros salaire à Malaga ainsi que leur jeune pépite Rabiot à Toulouse.

Beckham ?
Ce dernier mouvement pourrait d'ailleurs annoncer un coup d'éclat de dernière minute concrétisé par l'arrivée d'un milieu qui pourrait être le Toulousain Capoue ou le Romain De Rossi, cible depuis de longs mois d'Ancelotti. Une énorme surprise appelée Beckham n'est pas non plus exclue.

Le PSG n'a par ailleurs pas perdu son temps en préparant activement son mercato d'été. Le PSG, d'accord pour payer la clause d'environ 60 millions d'euros cet été, aurait ainsi activement travaillé avec Naples et Cavani pour la venue de l'attaquant uruguayen.

Les autres formations ont oeuvré en respectant leur classement du moment, c'est-à-dire en bouchant les trous et en usant de prêts.

Après avoir perdu Mvila, Rennes, qui a encaissé près de 12 M EUR en échange, espère ainsi rapatrier de West Ham Diarra, poste pour poste.

En difficulté, les deux derniers champions Montpellier (9e) et Lille (11e) ont basculé dans un autre cycle en finissant de désosser leurs effectifs, à l'image du départ de Landreau, passé brusquement du Losc à Bastia alors que Thauvin fera cet été le chemin inverse.

Obligé de vendre Sissoko et Gouffran cet hiver car ils étaient en fin de contrat cet été, Toulouse et Bordeaux étaient également sur cette dynamique.

Avec les arrivées de Mollo (Nancy) et de l'un des fils Laudrup alors qu'il n'a perdu aucun joueur, Saint-Etienne est probablement le seul du haut du panier à avoir fait en sorte de se renforcer.

Tout en bas du classement, Nancy s'est probablement condamné à la L2 en abandonnant six joueurs (Andre Luiz, Haïdara, Helder, Mollo, Ouaddou et Zenke), sacrifiés sur l'autel de la raison économique.