PSG - Lucas fait déjà des dégâts
© AFP

Arrivé début janvier au Paris SG, le jeune Brésilien Lucas a été lancé dans le grand bain plus vite que prévu par son entraîneur Carlo Ancelotti et a déjà sérieusement attisé la concurrence offensive grâce à des statistiques flatteuses.

L'ancien de Sao Paulo a été dispensé du déplacement à Arras en Coupe de France, mais en dehors de cela, il a figuré sur toutes les feuilles de match, quatre fois comme titulaire et une fois comme remplaçant.

Avec son transfert à plus de 40 millions d'euros, il n'était bien sûr pas question de laisser l'international auriverde (20 ans) dans le coton, mais les dernières compositions d'Ancelotti en font presque un premier choix dans la très dense rotation offensive du club parisien.

"Lucas a joué trois-quatre matches. Quelquefois, Ménez a joué, d'autres fois Pastore. (...) Il y a plus de concurrence avec Lucas et il y en aura encore plus avec Beckham", a relativisé Ancelotti jeudi en conférence de presse. Il faut dire aussi que le Brésilien a eu un impact immédiat, au moins en terme statistique, avec trois passes décisives, pour Ibrahimovic à Bordeaux (1-0) et encore pour le Suédois et pour Sakho lors de la correction infligée à Toulouse (4-0).

En plus de sa qualité de passe, son aisance technique, ses feintes et sa vitesse d'exécution ont également déjà mis au supplice pas mal de défenseurs de L1. Résultat, les supporteurs parisiens, sous le charme, l'ont élu joueur du mois de janvier, une récompense qui n'avait jamais échappé jusque-là à Ibrahimovic. "Il a une vivacité extraordinaire, il est capable de dribbler dans toutes les positions", avait confirmé son coéquipier Sylvain Armand le 25 janvier.

A la place de Ronaldinho
Pour autant, tout n'a pas été parfait lors du premier mois européen du Brésilien, manifestement encore en apprentissage d'un point de vue tactique.

On l'a ainsi parfois vu disparaître assez longuement lors des matches ou faire trop souvent le choix d'un dribble supplémentaire quand la passe s'imposait. En outre, son habitude de repiquer au centre en partant de son côté droit a semblé un peu systématique et sa relation avec le latéral droit reste insuffisante. Celui qui déclarait lors de son arrivée à Doha pour le stage hivernal de son équipe vouloir "devenir le meilleur joueur du monde" est en fait très logiquement en phase d'adaptation.

"Je souffre un peu du froid, c'est difficile pour nous, Brésiliens, on n'est pas trop habitués", a-t-il ainsi déclaré en marge du match amical Angleterre-Brésil (défaite 2-1) de mercredi. "Mais je m'adapte sans problème. Ce qui très important, c'est que vraiment tout le monde m'aide", a ajouté le jeune Brésilien, toujours accompagné de sa mère depuis son arrivée en Europe.

Avec la Seleçao aussi, il commence à faire vraiment son trou. Mercredi à Wembley, il a ainsi fêté sa 21e sélection (trois buts) en jouant la seconde période. Sa prestation a été sans grand relief, mais il est pourtant à l'origine du but de Fred grâce à son bon pressing sur Cahill. A la pause, il avait remplacé Ronaldinho. Ils n'ont pas dû avoir de mal à trouver des sujets de conversation.