Rennes lâche Toulouse
© AFP

 

Le Stade Rennais, triste en première période mais bien plus séduisant après le repos, a relégué à neuf longueurs Toulouse, un concurrent pour l'Europe, grâce à des buts en fin de match d'Alessandrini et Erding, dimanche à l'occasion de la 24e journée de L1 (2-0).

Le match aller, un bon nul décroché fin septembre (2-2) après quatre défaites en cinq journées, avait marqué le début de l'ascension au classement des Bretons. Le retour leur permet de revenir à hauteur de la quatrième place, qualificative pour la Ligue Europa et occupée par Saint-Etienne, grâce à ce cinquième match sans défaite, toutes compétitions confondues, après deux bons nuls arrachés dans les derniers instants contre Marseille et à Lorient (2-2 à chaque fois).

Ils ont fait la différence en fin de match grâce notamment à Alessandrini, appelé mercredi pour la première fois en équipe de France, contre l'Allemagne (1-2).

L'attaquant gaucher a profité d'une erreur d'appréciation d'Ahamada, gêné par le rebond du ballon, après un long dégagement de Costil, même s'il était légèrement hors jeu (79e).

L'entraîneur toulousain Alain Casanova n'a pas voulu accabler son gardien, auteur de l'égalisation dans les arrêts de jeu à l'aller: "Il est conscient qu'il a fait une faute de concentration, d'inattention, qui nous coûte cher."

"Il faut d'abord être très régulier dans ses performances (...). Cela va être très formateur pour lui. Il a fait une saison dernière extraordinaire, il est plus irrégulier cette saison", a-t-il ajouté.

Cinq minutes plus tard, Mevlut Erding s'est retrouvé, au deuxième poteau, à la conclusion d'un centre d'Abdoulaye Sané (84e).

Toulouse pas en réussite
Frédéric Antonetti a effectué ces deux changements après une triste première période de ses joueurs. "Cela fait partie de mes choix, ils (Sadio Diallo et Foulquier, remplacés) étaient trop timorés, mais je ne leur en veux pas", a dit l'entraîneur rennais.

Jouant trop bas, laissant beaucoup trop d'espace entre leurs lignes, manquant d'agressivité et multipliant les approximations, ils auraient dû se retrouver menés par des Toulousains qui, bien que privés d'Etienne Capoue, suspendu, ont offert un tout autre visage que celui affiché vendredi dernier contre le Paris SG (0-4).

Mais ils ont manqué d'un peu de réussite, puisque le poteau a repoussé une frappe d'Etienne Didot, légèrement déviée par Kana-Biyik, après une talonnade astucieuse de Tabanou (23e).

Rabiot, pour son premier match avec le maillot toulousain, a auparavant tiré sur Costil à l'issue d'un beau mouvement collectif (16e).

Les Rennais se sont eux contentés de frappes lointaines (Alessandrini, 14e et Sadio Diallo, 21e), et d'un tir en angle fermé de Féret (37e).

Leur deuxième période a été complètement différente. "Notre flanc droit a été transformé en seconde période, Mevlut (Erding) aussi, Féret a été meilleur en 10 et Hérita a un pied gauche qui est une main. C'est un tout qui a fait tourner le match en notre faveur, et aussi un état d'esprit", a analysé Antonetti.

Avant l'ouverture du score, Erding avait vu sa reprise en extension détournée par Ahamada. Alessandrini a repris dans la foulée mais a été contré par un tacle de Yago (55e).

Il a ensuite vu son coup de tête heurter le poteau sur un bon centre de Théophile-Catherine (77e), avant de trouver l'ouverture.

Toulouse, qui n'a plus gagné depuis le 19 janvier contre Nancy (2-1), a été seulement dangereux sur une tête de Tabanou à côté en toute fin de match.