Naples laisse filer la Juventus
© AFP

Le nul de Naples à la Fiorentina (1-1), dimanche, sert les intérêts de la Juventus Turin, large vainqueur de l'Udinese (4-0) la veille, qui reprend cinq longueurs d'avance en tête du championnat d'Italie, lors de la 21e journée.

NAPLES FREINÉ, MALGRÉ CAVANI: Le 100e but en Serie A d'Edinson Cavani (34 avec Palerme, 66 avec Naples) n'a pas suffi au Napoli. Le but du "Matador" uruguayen, une superbe tête en extension alors qu'il était dos au but, n'a permis que d'égaliser. "Mes coéquipiers m'avaient dit: 'Tu auras un but à manger!' a dit Cavani (le coup d'envoi était à midi et demie, heure italienne, ndlr). Je suis très content, mais je pense surtout à l'équipe, c'est un bon point de pris, il faut continuer d'aller de l'avant pour réaliser nos objectifs". 

Auparavant, le gardien Morgan De Sanctis avait commis une grosse erreur et concédé un but du milieu de terrain marqué par l'Argentin Facundo Roncaglia, qui cherchait... à faire une passe à Luca Toni dans la profondeur. Naples reprend tout de même à la différence de but particulière (3-0 à l'aller) la place de dauphin à la Lazio, tenue en échec à Palerme (2-2) la veille.

MILAN, LE "FOU" SUPPLÉE LE "PHARAON": L'AC Milan a poursuivi sa pénible remontée vers la zone Ligue des champions, à 9 points de Naples et la Lazio, en battant Bologne (2-1) grâce à un doublé d'un Giampaolo Pazzini retrouvé. Le "Pazzo" (le fou) reprend le rôle du "Pharaon", Stephan El Shaarawy, meilleur buteur du club (14 buts) qui cale un peu. Le prodige de 20 ans n'a marqué qu'une fois sur les cinq derniers matches. 

Après un début de saison cauchemardesque, Pazzini vient de marquer quatre buts en quatre matches. Mais cette victoire étriquée (Bologne a réduit le score sur un but contre son camp de Philippe Mexès) ne masque pas les problèmes offensifs du Milan. Le retour de Kaka, qui agite le club, voire l'arrivée improbable de Mario Balotelli, font plus rêver les tifosi. Et dans un mois le FC Barcelone débarque à San Siro en 8e de finale aller de Ligue des champions.

CATANE, LA MARCHE DE L'ÉLÉPHANT: L'éléphant symbole de Catane continue sa marche placide vers les places européennes, grâce à sa victoire au Genoa (2-0), toujours relégable. Avec peu de moyens, l'équipe sicilienne, qui porte au-dessus de son écusson la statue d'éléphant de la grande place de Catane, souvenir de la domination carthaginoise, est 8e un point derrière l'AS Rome. 

Elle rejoint le peloton des européens grâce au nul de la Roma contre l'Inter Milan (1-1), dans un match enlevé où les gardiens et les poteaux ont empêché le score de gonfler. Le Catane de Rolando Maran s'est imposé grâce à un nouveau but de l'ancien joueur de Saint-Étienne Gonzalo Bergessio, son septième de la saison, et un but d'un autre Argentin, Pablo Barrientos. Le Genoa, lui, poursuit son calvaire et reste relégable.