De Meazza à Balotelli, d’un Milan à l’autre
© Getty Images

Après 29 mois d'exil doré à Manchester City, Mario Balotelli est de retour à Milan. Mais cette fois il n'a pas pris la route de La Pinetina, le centre d'entrainement de l'Inter. Direction Milanello, le centre sportif du grand rival, l'AC Milan. Un transfert qui allonge la liste des joueurs ayant porté les couleurs des deux frères ennemis et qui maintient une étrange tradition : les plus grands attaquants d'Italie venus un jour respirer l’air rossonero après avoir fait leurs preuves à l'Inter Milan. Un peu comme s'ils étaient venus y chercher la reconnaissance de l'ensemble de la ville qui se retrouve au stade Giuseppe Meazza, un illustre ancien qui a été le premier à franchir le pas.

Enfant de Milan, Giuseppe Meazza s'était d'abord tourné vers l'AC Milan, où il avait été refusé car "trop chétif", avant de se diriger vers l'Inter où Fulvio Bernardini a immédiatement cru en son talent. Treize ans plus tard, en 1940, avec un palmarès riche notamment de deux Coupes du Monde de la FIFA™, trois scudetti et trois titres de meilleur buteur, Meazza allait être à l'origine de la plus grande polémique footballistique de l'époque en signant chez le voisin. Le talent n'ayant pas de maillot, le peuple milanais va depuis communier dans la même enceinte, qui porte le nom de cet illustre attaquant.

Fort de ce précédent historique, l'attaquant italo-argentin Antonio Valentin Angelillo allait suivre l'exemple en étant sacré meilleur buteur de Serie A en 1959 avec l'Inter avant de remporter la Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe avec l'AC Milan en 1968. Un nouveau record du genre allait être établi dans les années 1980/90 avec l'international Aldo Serena qui allait réaliser un double transfert entre l'Inter (1981-82, puis 1987-91) et l'AC Milan (1982-83, puis 1991-93). Serena, un des cinq joueurs à avoir remporté le scudetto avec trois clubs différents, allait équitablement partager les titres entre les deux formations lombardes : un scudetto et une Coupe UEFA pour l'Inter et deux scudetti avec le Milan.

Pari manqué
Depuis la fin des années 90, l'exception allait presque devenir la règle. Mais ce sont deux immenses stars sur le déclin dont allait hériter cette fois l'AC Milan. Après avoir brillé de mille feux avec l'Inter de 1997 à 2002 en inscrivant 59 buts en 99 rencontres Ronaldo, après cinq saisons avec les Galactiques du Real Madrid, revient à Milan en janvier 2007. Mais "son rêve", comme il l'avait affirmé en arrivant à l'aéroport de Milan, allait vite se transformer en cauchemar jusqu'en février 2009, date de son retour au Brésil, en raison de déboires hors du terrain, mais aussi de multiples blessures. Grand voyageur devant l'éternel, avec  15 clubs, le puissant Christian Vieri inscrivait la bagatelle de 103 buts en 144 rencontres avec l'Inter avant de franchir le Rubicon au début de la saison 2005/06. Mais huit matches et un petit but plus tard, il préfère prendre la route de Monaco.

Hernan Crespo, redoutable buteur avec l'Argentine (35 buts en 64 sélections) n'a pas non plus laissé un souvenir indélébile aussi bien à l'Inter lors de la saison 2002/03 (7 buts) qu'à Milan malgré ses six buts lors de la Ligue des champions de l’UEFA 2005, dont deux dans la célèbre finale perdue aux tirs au but face à Liverpool (3:3).

En revanche tout Milan conserve un souvenir ému du Suédois Zlatan Ibrahimovic qui, par la grâce de ses 57 buts, a conduit trois fois l'Inter Milan au titre entre 2006 et 2009 avant de fêter son retour de Barcelone en remportant le scudetto 2011 avec le Milan. Au passage il devient - et reste - le seul joueur à avoir remporté le titre de meilleur buteur avec deux clubs différents, qui plus est d'une même ville.

Un fauve à dompter
"Cela faisait longtemps que je voulais jouer au Milan. Quand il y a eu cette possibilité, je suis venu en courant." Les mots sont signés Mario Balotelli en arrivant à Malpensa, l’aéroport milanais. L'aveu semble sincère car le fantasque  Mario a toujours clamé son attachement pour les Rossoneri, notamment lors des entrainements avec la Nazionale où il affichait ostensiblement des chaussettes de l'AC Milan.

"Il arrive dans un club qui sait travailler avec les jeunes, y compris en dehors du terrain. Désormais cela dépend de lui", annonce le sélectionneur Cesare Prandelli. "S'il fait confiance aux gens qui lui veulent véritablement du bien, il peut atteindre le niveau de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo. J'ai beaucoup d'affection pour lui", confirme Roberto Mancini, l'entraîneur de Manchester City qui n'a pourtant pas réussi à dompter le fauve.

A l’AC Milan, Balotelli, 22 ans, retrouvera Giampaolo Pazzini, arrivé en droite ligne de... l'Inter, mais aussi son ami de la Nazionale Stephan El Shaarawy, 20 ans, et le français M'Baye Niang, 18 ans. Trois jeunes buteurs aux attributs capillaires soigneusement mis en évidence appelés à former une spectaculaire attaque à Milan. Avant peut-être de se retrouver un jour chez le voisin…