L'Atlético reste dans la roue du Barça
© AFP

L'Atlético de Madrid s'est imposé dans la douleur (1-0) sur le terrain de Grenade, dimanche, jouant même vingt minutes à dix après l'exclusion du milieu Mario Suarez, pour la 12e journée du championnat d'Espagne.

Grâce à cette victoire aux forceps, les hommes de Diego Simeone demeurent à 3 points derrière le FC Barcelone, leader toujours invaincu après son succès, samedi, au Camp-Nou contre Saragosse (3-1), et 5 points devant le Real Madrid, vainqueur avec la manière contre l'Athletic Bilbao (5-1).

Un but du Turc Arda Turan (61), construit par le jeune Koke et le Brésilien Diego Castro, tous deux entrés en deuxième période, a permis à l'Atlético de se sortir d'un match compliqué, où il a été maltraité par un Grenade incisif et décomplexé.

Réduits à dix après le second carton jaune de Mario Suarez à la 70e, les Madrilènes ont ensuite eu le mérite de savoir défendre leur avantage.

De son côté, le FC Séville a écrasé à domicile son voisin du Betis (5-1) dans un derby andalou qui restera cauchemardesque pour les visiteurs. Après tout juste 13 secondes de jeu, José Antonio Reyes avait déjà profité d'une erreur du gardien adverse Adrian pour porter les locaux en tête. Une autre bourde du Betis permettait à Reyes d'alourdir la marque (32), Fazio signant lui aussi un doublé (5, 42).

Derby cauchemardesque pour le Betis
Curieusement, c'est lorsque le Betis jouait déjà à dix, Ruben Perez ayant été expulsé à la 62e pour un deuxième carton jaune, qu'il se montrait le plus dangereux. Ruben Castro sauvait ainsi l'honneur du Betis (66) avant que Rakitic n'aloudisse l'addition (90+1). 

Passé à côté de son derby, le Betis Séville pointe désormais à la 6e place, avec le FC Séville sur ses talons (7e). Les Vert et Blanc abandonnent surtout la 4e place à Levante qui n'a lui pas laissé passer son occasion sur la pelouse du Deportivo La Corogne (succès 2-0).

Dans un match tendu, marqué par une exclusion de part et d'autre, Levante a pris l'avantage par le Nigérian Obafemi Martins (40), avant de faire le dos rond en deuxième période, où La Corogne manquait même un penalty (55).

Barkero a ensuite mis les siens à l'abri (82) alors que le milieu galicien Bergantinos avait dû prendre la place de son gardien Aranzubia, exclu à la 70e, quand le Deportivo avait déjà effectué tous ses changements.