Le Real et Ronaldo croquent Getafe
© Getty Images

Le Real Madrid a écrasé Getafe (4-0) grâce notamment à un triplé de Ronaldo, les Merengue revenant ainsi provisoirement à 12 points du FC Barcelone qui doit toutefois encore accueillir Pampelune à 19h, dimanche, pour la 21e journée du championnat d'Espagne.

S'offrant le luxe de ménager les milieux Xabi Alonso et Khedira, en prévision de la demi-finale aller de Coupe du Roi contre le FC Barcelone, mercredi à Bernabeu, les Madrilènes n'ont pas eu à fournir beaucoup d'efforts pour venir à bout d'un Getafe très friable en défense.

Le gardien Antonio Adan, qui entamait dimanche sa longue période d'intérim pour suppléer Casillas, "out" pour trois mois suite à sa fracture du pouce gauche, aura vécu un match très paisible. Le portier n'a eu qu'une bonne sortie à réaliser (6), Ramos sauvant ensuite sur sa ligne à la 66e.

Pour le reste, les hommes de Mourinho auront largement mené les débats, manquant seulement d'efficacité dans le dernier geste, avant de régler la mire en deuxième période.

Triplé pour Ronaldo
Dans le premier acte, Ronaldo était déjà tout près d'ouvrir le score à plusieurs reprises, mais le Portugais butait d'abord sur le gardien de Getafe Moya.

Finalement, c'est Ramos, pour son retour après une suspension de quatre matches, qui brisait la glace, marquant sur un corner mal dégagé par Getafe (52; 1-0).

Puis Ronaldo revenait à la charge, avec plus de réussite cette fois-ci. Une nouvelle fois bien décalé sur la gauche par Özil, excellent dimanche, le Portugais effaçait son défenseur et faisait mouche d'une puissante frappe croisée (2-0; 62).

Ayant dégrippé la machine, l'ailier portugais poursuivait sur sa lancée: il signait un doublé grâce à une tête piquée au second poteau sur un bon centre de Di Maria (3-0; 65) et finissait le travail par un penalty, après une poussette dans la surface sur Modric (4-0; 72).

Ronaldo, qui a désormais ravi à Falcao sa 2e place au classement des buteurs avec 21 buts (derrière Messi, 29), pouvait sortir tranquillement sous les applaudissements de Bernabeu.