Keane illumine la Galaxy
© Getty Images

Si le football n’est pas une science exacte, certains chiffres assènent des vérités : après son échec collectif et individuel à l’UEFA EURO 2012 en juin dernier, Robbie Keane est revenu sur les pelouses de MLS pour jouer les Attila : 18 buts et 7 passes décisives avec Los Angeles Galaxy. Là où l’empereur irlandais passe, le moral des défenses adverses ne repousse pas.

"II nous a fait très mal", confirme à FIFA.com Adam Johansson, latéral droit des Seattle Sounders, battus 3:0 le 11 novembre dernier à Los Angeles. Comme face à San Jose quatre jours plus tôt, dans une demi-finale retour de conférence mal engagée après une défaite 0:1 à l’aller, l’ex-prince de White Hart Lane a réalisé le doublé. "On savait ce dont il était capable, surtout en contre-attaque. Il va vite et lit le jeu avec instinct et intelligence. Ce n’est pas surprenant de le voir à un tel niveau, il a une superbe vision du jeu. Il sait toujours où se trouvent ses coéquipiers et les défenseurs adverses", poursuit Johansson.

Sur les six réalisations du champion en titre dans ses deux dernières joutes, l’Irlandais s’en réserve quatre. Pour parachever son œuvre, c’est lui qui est au départ du deuxième but du Galaxy face à Seattle. Sur une passe en profondeur millimétrée, Keane a lancé Sean Franklin, dont le centre immédiat a permis à Mike Magee de mettre KO les Sounders. " C’est un véritable leader pour l’équipe. Dès que l’arbitre siffle le début du match, il est à 200%", assure d’ailleurs Magee.

Depuis que son attaquant est rentré de la grand-messe européenne en Ukraine et en Pologne, le Galaxy domine la MLS avec autorité et sérénité. Comme l’an dernier, la formation de Bruce Arena savoure une dynamique au meilleur des moments. "Depuis juillet, nous sommes la meilleure équipe de la ligue, et je suis ravi que pour l’instant les autres ne s’en rendent pas compte", se réjouit l’entraîneur angelino.

Un grand joueur à son niveau
"Robbie est à l’image de l’équipe, il joue son meilleur football depuis cet été. Il profite d’un collectif plus en place pour montrer qu’il est un très grand joueur", explique son coéquipier, le défenseur Todd Dunivant à FIFA.com. "Il a tellement de qualités que si on lui donne quelques opportunités, il punira immédiatement ses adversaires. En ce moment il est énorme, mais je serais tenté de dire qu’il joue à son niveau normal."

Pourtant, l’ex-buteur de Tottenham n’a jamais été aussi prolifique de sa carrière. En huit campagnes de Premier League, son meilleur exercice remonte à la saison 2007/08 avec 15 buts. Depuis la fin de son prêt réussi au Celtic Glasgow (12 buts en 16 matches), Keane avait trouvé le chemin des filets à huit reprises seulement avec les Spurs, West Ham, le Galaxy - en saison régulière - puis Aston Villa.

Renaissance, résurrection, retour en grâce ? Le seul vocabulaire qui vaille pour l’intéressé est celui du collectif. L’Irlandais est plus à l’aise pour mettre le ballon au fond que pour parler de lui. "C’était important de garder une bonne dynamique après le match de San Jose. On n’a pas marqué tous les buts que nous aurions dû devant Seattle, mais en mettre trois, ce n’est déjà pas donné à tout le monde", se contente de commenter le fougueux trentenaire après la démonstration. L’autosatisfaction n’est pas le genre de la maison. Il préfère laisser Bruce Arena tresser les lauriers pour lui.

"Depuis son retour de l’EURO, il est le meilleur joueur du championnat. Il s’est très bien intégré à la MLS et a su marquer des buts importants. Il est ultra compétitif. Pour moi, il est juste remarquable et extrêmement important pour l’équipe", estime l’ancien sélectionneur américain. "Avec David Beckham et Landon Donovan, il sert de modèle à nos plus jeunes joueurs", ajoute l’entraîneur. Il sait que Robbie le remerciera du compliment en confirmant ses propos sur le terrain.