Ces règles qui ont changé la donne
© Getty Images

Le football est un sport ancré dans la tradition et les Lois du Jeu n’ont connu que peu de changements depuis la rédaction de leur première mouture en 1863 par la Football Association, alors récemment créée. Mais si le but a toujours été de préserver l’esprit original du football et de faire en sorte que les règles puissent s’appliquer aussi bien chez les professionnels que chez les amateurs, plusieurs changements déterminants ont permis au football de se bonifier au fil des années. FIFA.com se penche sur les mesures les plus importantes.

1866 : autorisation des passes en avant
La modification la plus fondamentale qu’ait connu le football a également été la toute première : la possibilité d’adresser des passes en avant, à condition qu’il y ait au moins trois joueurs adverses entre le destinataire de la passe et le but. Auparavant, au moment de la passe, tout coéquipier plus proche du but adverse était considéré hors-jeu et ne pouvait recevoir le ballon. Ce bouleversement, survenu en 1866, a permis au football de s’écarter du modèle du hors-jeu tel qu’il est encore pratiqué en rugby pour accorder une place croissante au jeu de passes.

1891 : introduction du penalty
Il a fallu attendre près de 30 ans après la rédaction des premières règles pour que soit institué le penalty, devenu depuis un élément incontournable du football moderne. Fondé sur l’idée quelque peu désuète qu’un gentleman ne commettrait jamais de faute délibérément, le football a su réagir à l’évolution du jeu en termes d’intensité et de compétition en introduisant la règle dite du "tir de la mort". Jusqu’en 1902, on ne tirait pas les penalties depuis un point fixe, mais depuis n’importe quel point situé sur une ligne tracée à 11 mètres des cages.

1891 : entrée en jeu des arbitres

L’introduction de l’arbitre a été symptomatique de l’évolution du football vers une pratique de moins en moins "courtoise". Au tout début, les différends étaient réglés par les deux capitaines, puis par deux officiels (un par équipe), auprès desquels les joueurs pouvaient faire appel. Néanmoins, avec l’augmentation des plaintes et des désaccords, le besoin d’un juge impartial s’est fait cruellement ressentir. À compter de 1891, le pouvoir d’accorder les penalties et les coups francs était du ressort d’un seul homme : l’arbitre.

1912 : limitation du rôle du gardien
Cela fait un siècle cette année qu’il a été interdit aux gardiens de s’emparer du ballon en dehors de la surface de réparation. Trois ans plus tôt, il avait été décidé que le gardien devait se distinguer visuellement de ses partenaires en portant un maillot d’une couleur différente, souvent le vert.

1925 : nouveau changement de la règle du hors-jeu
La règle du hors-jeu fut de nouveau assouplie en 1925, de façon à ce qu’un joueur puisse recevoir une passe à condition que deux joueurs adverses seulement, et non plus trois, se tiennent entre lui et le but. Cette mesure a immédiatement été suivie d’une augmentation du nombre de buts inscrits. En 1990, la règle a de nouveau été remaniée en faveur des attaquants, pour permettre à ces derniers d’être sur la même ligne que l’avant-dernier défenseur sans être hors-jeu.

1958 : autorisation d’utiliser des remplaçants
Les Lois du Jeu originelles font plusieurs fois mention du statut de "remplaçant", mais cette fonction était uniquement d’entrer en jeu si l’un des 11 titulaires venait à manquer à l’appel. Avec la fréquence croissante des blessures, les remplaçants ont été autorisés à faire leur entrée durant toute la partie, même si initialement, seul le gardien ainsi qu’un joueur de champ pouvaient être suppléés et uniquement en cas de blessure. À la fin des années 1960, cette règle a été assouplie pour permettre à l’entraîneur d’effectuer des remplacements de nature tactique.

1970 : apparition des cartons jaunes et rouges
Défendu par l’arbitre anglais Ken Aston, qui exerçait alors une influence importante au sein de la Commission des Arbitres de la FIFA, ce système visuel visait à mettre un terme à la confusion régnant parmi les joueurs et les spectateurs sur les intentions de l’arbitre. La même année, les cartons jaunes et rouges ont été utilisés pour la première fois lors d’une Coupe du Monde de la FIFA™. Depuis, ce système s’est imposé durablement pour ensuite être adopté par plusieurs autres sports.

1992 : interdiction pour le gardien de saisir une passe en retrait volontaire
En 1992, dans la continuité de la démarche consistant à avantager le football offensif, l’International Football Association Board, organe législateur du football, a interdit aux gardiens de saisir à la main les passes en retrait volontaires de leurs partenaires. D’abord accueillie avec un grand scepticisme, cette mesure a, de l’avis de tous, eu un impact positif sur le beau jeu.

À mesure que le football continuera d’évoluer, les Lois du Jeu s’adapteront.
De fait, la FIFA Task Force Football 2014, présidée par Franz Beckenbauer, examine actuellement plusieurs propositions visant à améliorer l’attractivité du football ainsi que le contrôle des matches lors des compétitions majeures. Et une petite modification peut parfois changer la donne à long terme...

Votre opinion !
Tous les amendements cités ci-dessus ont eu un impact majeur sur le football tel que nous l’apprécions aujourd’hui. Mais de toutes ces mesures, laquelle a été la plus décisive ? Cliquez sur "Votre opinion ?" pour partager votre point de vue avec les utilisateurs du monde entier !