L'Espagne gagne au petit trot
© Getty Images

L'Espagne s'est imposée péniblement 1 à 0 face la Chine grâce à un but de Silva, intervenu au terme d'une seconde période bien meilleure que la première, dimanche à Séville, pour le troisième et dernier match de préparation de la "Roja" à l'Euro-2012.

Après 45 premières minutes assez ternes, où l'Espagne aura manqué de se faire surprendre par la vivacité des contres chinois, les champions du monde et d'Europe auront toutefois livré un excellent deuxième acte, se voyant finalement récompensés par un but de Silva né d'une action de génie d'Iniesta (85).

Avec l'apparition des joueurs du Barça et de l'Athletic Bilbao dans le groupe des 23 après un repos du à leur participation à la finale de la Coupe du Roi, l'équipe d'Espagne ressemblait déjà davantage à ce qu'elle sera pour son entrée en lice le 10 juin face à l'Italie.

Le sélectionneur espagnol Vicente Del Bosque avait ainsi aligné Busquets et Xabi Alonso au milieu, confiant les clefs du jeu à Xavi Hernandez.

Devant, Negredo et Torres ont chacun pu disputer une période, l'avant-centre de Chelsea, beaucoup plus participatif, remportant le duel qui l'oppose au Sévillan Negredo, assez discret en première période.

Le réveil en deuxième mi-temps
Celle-ci aura été compliquée pour les Espagnols gênés par la pression élevée imposée par les joueur du sélectionneur José Antonio Camacho.

Plusieurs tâtonnements en défense auraient même dû coûter un but à l'Espagne qui pouvait remercier son gardien Casillas. A la 30e minute, le Madrilène déviait ainsi miraculeusement des pieds une frappe de Zhi.

Avec l'entrée d'Iniesta et de Navas qui dynamisaient le jeu, l'Espagne livrait une seconde période bien meilleure.

Il s'en fallait ainsi de peu qu'elle ne prenne l'avantage sur deux belles offensives. Sur un corner tiré de la droite, Torres prolongeait bien pour Albiol qui voyait la barre repousser sa tête (63). Quelques instants plus tard, une frappe d'Iniesta subissait le même sort.

C'est d'ailleurs des pieds du N.8 espagnol que venait la délivrance pour l'Espagne: après un magnifique débordement côté gauche, Iniesta concluait par une passe en retrait que Silva n'avait plus qu'à convertir en but (85).