Malaga se qualifie, Pato sauve l'AC Milan
© AFP

Malaga a tenu en échec l'AC Milan (1-1) et s'est qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions à deux journées de la fin des poules, les "Rossoneri" restant deuxièmes du groupe C grâce à un but du revenant Pato, qui n'avait plus marqué depuis dix mois.

Le Brésilien, pourtant complètement transparent et sans cesse dominé par les Andalous, a propulsé de la tête un excellent centre du Français Kevin Constant (73), alors que le Milan se dirigeait vers une infamante défaite contre un Malaga tout simplement meilleur. Il n'avait plus trouvé le chemin des filets depuis le 18 janvier contre Novare en Coupe d'Italie (2-1 a.p.)

Malaga avait ouvert le score sur sa première occasion, marqué par Eliseu sur une belle passe d'Isco (40). Mais le club espagnol a réussi un petit miracle pour sa première participation à la Ligue des champions.

Emmené par Sico et Joaquin, Malaga avait mieux commencé le match, avant que le Milan ne se mette en action, porté par son jeune meneur de jeu Bojan Krkic, au centre du trident du 4-2-3-1 de Massimiliano Allegri. Le jeune Espagnol a envoyé la première frappe dangereuse, déviée et sortie par le gardien Willy (19), qui s'est encore bien détendu sur un coup franc direct d'Urby Emanuelson vers sa lucarne droite (29).

Seulement 30.000 spectateurs
Mais mardi soir Stephan El Shaarawy, à gauche de Bojan, n'a pas été très incisif, et n'a pas ressemblé au "Petit Pharaon" qui a déjà marqué 8 buts en Serie A en ce début de saison. Il a trop souvent tergiversé quand il était en position de frapper. Très actif jusqu'en défense, le jeune joueur d'ascendance égyptienne a néanmoins encore joué un rôle de leader, à seulement 19 ans.

Mais si le Milan possède un Pharaon, sa défense était momifiée sur le but de Malaga. Isco, la perle andalouse, a trop facilement pris la diagonale, et a trouvé d'une belle passe Eliseu dans le dos de Constant pour le but du Portugais.

La sortie d'El Shaarawy, remplacé par Kevin-Prince Boateng (62), a été sifflée par un San Siro bien vide (30.891 spectateurs), mais la nouvelle idole était fatiguée, et pas dans un grand soir.

A la pointe de l'attaque, Pato n'a pas gagné un duel, et son but, servi tout chaud par Constant, ne doit pas faire allusion sur son état de forme après trois années gâchées par les blessures.