Service minimum pour Bordeaux face à Maritimo
© AFP

Bordeaux, pas dans un grand soir, a assuré le minimum en s'imposant 1 à 0 devant les Portugais du Maritimo Funchal, et reste plus que jamais en course pour sortir des poules de l'Europa League, jeudi à domicile, au terme d'un match comptant pour la 4e journée, tristounet et d'un faible niveau.

Avec désormais sept points en poche et un adversaire en moins dans la course, les hommes de Francis Gillot auront l'occasion de valider leur billet dès la prochaine journée avec au moins un nul à Bruges, qui a concédé le nul devant Newcastle (2-2), toujours leader de ce groupe D.

Ils recherchaient les trois points, les hommes de Gillot les ont obtenus quatre jours après leur renaissance face à Toulouse (1-0) en L1. Mais que leur production fut poussive, à l'image d'un secteur offensif privé d'Obraniak et Gouffran, qui a du mal à se trouver.

Heureusement, l'arrière garde centrale, avec un Sané très inspiré au duel, a bien tenu la baraque en repoussant tous les assauts de Portugais volontaires mais manquant de maîtrise et de lucidité aux abords du but de Carrasso.

En étant appliqués et sérieux, les Girondins avaient toutes les chances de remporter ce match face à une équipe lusitanienne encore perturbée par la claque reçue à Porto le week-end dernier (0-5).

But refusé pour Roberge
Et si l'absence au dernier moment de Yoan Gouffran, leur meilleur buteur blessé au genou lors de l'échauffement, a pu contrarier quelques plans, ils ont trouvé en David Bellion un remplaçant idéal niveau efficacité.

Une occasion, un but pour l'ancien mancunien (16), qui n'avait plus marqué en pro depuis 25 mois. A l'origine, la première attaque placée des Aquitains, avec un débordement suivi d'une centre de Maurice-Belay que Bellion coupait de la tête au premier poteau.

De quoi prendre confiance et libérer les espaces, ce qui profitait au girondin Trémoulinas qui, passée la demi-heure, adressait un caviar à Diabaté, que le grand Malien laissait échapper aux six mètres.

Egalement à six mètres du but de Salin, le gardien français du Maritimo, Sané, de la tête, trouvait quant à lui le poteau sur un coup franc de Plasil (41).

Si les intentions des joueurs de Madère avaient été timides en première période, la faute à un déchet technique suspect, elles furent plus louables au retour des vestiaires -tir contré d'Olberdam (51)- notamment après la rentrée d'Heldon, rapidement en vue, avec ce centre parfait que Fidelis, pourtant seul dans la surface, appréciait mal (76).

Bordeaux, en souffrance dans le jeu et la construction avec les roulements effectués, se contentant dès lors de défendre et reculer, le forcing des visiteurs s'accentuait au fil des minutes et Roberge, l'autre Français de Funchal, déjà buteur à l'aller, pensait bien refaire le coup au retour mais son but à la suite d'un coup de pied arrêté était refusé pour hors-jeu (85).