Verratti et Sirigu éclipsés par El Shaarawy
© Getty Images

Marco Verratti et Salvatore Sirigu, les deux Italiens du Paris Saint-Germain, ne se sont guère illustrés lors du match amical contre la France (1-1) contrairement à un autre espoir, Stephan El Shaarawy, buteur et très actif mercredi à Parme.

El Shaarawy brille aussi avec l'Italie
"Vous avez Napoléon, nous avons le Pharaon", proclamait une pancarte des tifosi parmesans. Le "Petit Pharaon", 19 ans, a marqué son premier but pour sa troisième sélection, et confirmé son excellent début de saison. Meilleur buteur de Serie A (8 buts), il est la seule lueur du début de saison calamiteux de l'AC Milan.

Sur une action initiée par Mario Balotelli et relayée par Riccardo Montolivo, il a trompé avec sang-froid Hugo Lloris (35). L'homme à la crête a fait des ravages sur son côté gauche et n'a pas hésité à repiquer au centre, comme il le fait à Milan. Dans cette position il a également remis en retrait une excellente balle à "Super Mario" qui l'a expédiée sur l'équerre (10).

Cesare Prandelli a vu ce que peut produire son jeune duo Balotelli-El Shaarawy, qui fait saliver l'Italie. En revanche les autres apprentis "azzurri" n'ont pas tiré leur épingle du jeu dans ce match contre un adversaire que connaissent bien les deux joueurs du PSG, le club le plus représenté sur la pelouse avec la Juventus Turin (cinq joueurs chacun).

Verratti un peu timide
Aligné dans le rôle d'Andrea Pirlo, le jeune prodige du PSG, acheté 11,5 millions d'euros à Pescara cet été, a sorti un match en-dedans, à l'image de ce qu'il produit sous le maillot parisien depuis un mois.

Pointe basse du losange du milieu de terrain, Verratti n'a pas pesé. Il ne s'agissait, à 19 ans, que de sa deuxième sélection, et il a mis du temps à prendre confiance. Il a réussi quelques jolis gestes, un contrôle de la cuisse avant de lancer El Shaarawy (23), un bon dribble pour se sortir du pressing de son coéquipier Blaise Matuidi (40) et un crochet derrière le pied d'appui devant Mathieu Valbuena (45), mais ces gri-gris ne suffisent pas.

D'une manière générale il a joué trop reculé et a laissé Riccardo Montolivo, la pointe avancée du losange, conduire la manoeuvre. Pirlo l'a remplacé à la 50e minute pour reprendre les rênes. Verratti devra revenir pour s'étoffer.

Sirigu n'a rien pu faire
Le gardien sicilien ne peut certes pas grand chose sur les buts français, et Gianluigi Buffon ne les auraient peut-être pas arrêtés non plus, mais le résultat est cruel: il a pris deux buts sur quatre frappes dangereuses des Bleus.

La frappe de Mathieu Valbuena dans la lucarne (36) était difficile à aller chercher, et Bafétimbi Gomis le fusille à bout portant sur un centre de Patrice Evra (68).

Il a juste bloqué, en deux temps, un tir enroulé de Valbuena (20), et dévié une frappe à ras de terre de son partenaire en club Jérémy Ménez sur une contre-attaque (84). "Gigi" est intouchable, seule la place de gardien numéro deux est en jeu, mais Sirigu s'est montré moins rassurant que le "vieux" Morgan De Sanctis (34 ans).