Saint-Etienne dompte encore Paris
© AFP

Saint-Etienne s'est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue après sa victoire aux tirs au but aux dépens de Paris Saint-Germain (5-3, 0-0 à l'issue de la prolongation), mardi au stade Geoffroy-Guichard au terme d'un très bon match qui est allé au bout du suspense.

L'ASSE, 4e de la Ligue 1, qui a comme objectif les Coupes nationales et notamment la Coupe de la Ligue, plus court chemin pour aller en Europa League comme l'avait rappelé avant la rencontre le président Roland Romeyer, a confirmé ses très bonnes dispositions actuelles. Elles lui avaient notamment permis d'avoir été la première équipe à battre le PSG, cette saison, au Parc des Princes le 3 novembre en L1 (2-1).

Si les Stéphanois ont tous réussi leurs tirs au but, le gardien Stéphane Ruffier s'est une nouvelle fois illustré dans cet exercice en s'interposant sur le tir au but du défenseur brésilien Thiago Silva, un arrêt qui s'est avéré décisif. A Lorient, l'ASSE s'était qualifié en 16es de finale aux tirs au but avec trois arrêts de Ruffier dans la série (1-1, 3-0 aux t.a.b.).

Les deux équipes ont disputé une rencontre de très bon niveau, peu spectaculaire avec un minimum d'occasions de part et d'autre, mais avec une bonne organisation offensive et défensive de chaque côté.

Saint-Etienne, invaincu depuis le 15 septembre et douze matches, a obtenu une très bonne occasion en première période sur une reprise de la tête de Pierre-Emerick Aubameyang repoussée sur la ligne par Clément Chantôme après un corner joué de la droite (17) avant que Romain Hamouma ne tire à côté (18).

Ibra en échec
Après la mi-temps, les Stéphanois ont été menaçants sur corner avec une reprise d'Aubameyang non cadrée (67) avant que Nicolas Douchez, titularisé à la place de Salvatore Sirigu, ne sorte au devant de Brandao après un centre délivré de la droite par Alejandro Alonso (86). Enfin, un tir de Brandao était arrêté par Douchez (101).

Les Parisiens, qui n'ont, en novembre, battu que Troyes (4-0), samedi, n'ont guère été plus dangereux avec un Zlatan Ibrahimovic bien contenu par la défense centrale forézienne constituée, depuis le match réussi à Paris, par Mustapha Bayal Sall et Loïc Perrin.

Sur ses rares possibilités, Zlatan n'a pas été en réussite avec un duel manqué face à Stéphane Ruffier après une erreur de Bayal (13) mais aussi sur un tir facilement arrêté par le gardien des Verts (59) et sur une reprise astucieuse mais non cadrée à la réception d'un centre adressé de la gauche par Nenê (86).

Dans la prolongation, après une passe en retrait de François Clerc qui n'avait pas vu Lavezzi traîner dans la surface, ce dernier servait Ibra qui échouait encore devant la sortie de Ruffier (104). Par ailleurs, le PSG a été menaçant sur un tir d'Ezequiel Lavezzi, facilement stoppé par Ruffier (34) ou encore sur une tentative de Jérémy Menez consécutif à une erreur de Bayal (61).

Dans les dernières minutes de la prolongation, les Verts, sous la pression parisienne au cours de laquelle Ruffier détournait encore un ultime tir de Sylvain Armand (117), ont aussi justifié leur position de meilleure défense du championnat.