Géants réveillés, néophytes révélés
© EFE

Le deuxième semestre 2012 est arrivé à son terme dans tous les championnats d'Amérique du Sud. Plusieurs cadors ont redoré leur blason alors que certains néophytes ont également goûté à la gloire. Le point avec FIFA.com.

Argentine : Vélez garde ses bonnes habitudes
Vélez Sarsfield a réaffirmé sa légitimité de figurer parmi les grands noms du football argentin en remportant le Torneo Inicial à une journée de son terme. Ce neuvième titre de l'histoire de l'équipe au scapulaire est le troisième obtenu sous la houlette de Ricardo Gareca. Le Fortín s'affirme ainsi comme le cinquième club le plus titré du football argentin. Vélez comptait dans ses rangs l'un des meilleurs buteurs du championnat en la personne du jeune Facundo Ferreira, auteur de ses 13 réalisations lors des 12 dernières journées. "Nous nous sommes un temps retrouvé à cinq points du leader, mais nous avons su nous remettre en selle. Maintenant, nous rêvons de la Libertadores", annonce Gareca.

Brésil : Flu plane, Palmeiras s'écrase
Fluminense a confirmé sa domination écrasante sur le championnat brésilien en s'assurant le titre à trois journées de la fin. Il s'agit là du deuxième sacre du Flu en trois ans, de son quatrième au total, ce qui le place à une longueur de son éternel rival de Flamengo. Le grand artisan de cette réussite a été l'attaquant Fred. Avec 20 buts à son actif, l'ancien Lyonnais a terminé meilleur réalisateur du championnat devant des stars du calibre de Luis Fabiano (São Paulo, 17) et Neymar (Santos, 14). Cette édition a été marquée par la deuxième descente de l'histoire du grand Palmeiras, qui avait connu sa première relégation il y a dix ans.

Bolivie : The Strongest le plus fort
Vainqueur incontestable du Tournoi d'ouverture, The Strongest a réalisé un passe de trois inédite dans l'histoire du football bolivien. le principal responsable de cette campagne a été le Paraguayen Pablo Escobar, auteur de 21 des 52 buts de son équipe. "Nous n'avons pas les meilleurs joueurs et je ne suis pas le plus talentueux, mais nous avons la meilleure équipe", explique l'attaquant et capitaine des Tigres. Le club aurinegro compte désormais 9 sacres à son palmarès, ce qui lui permet de rester le deuxième club le plus titré du pays derrière Bolivar (17).

Chili : un champion inédit
Le Tournoi de clôture a couronné l'étonnant Club Deportivo Huachipato. Ce club, dont le nom trouve son origine dans l'expression mapuche signifiant "piège à oiseaux", a battu l'Unión Española en finale. Vaincu 1:3 à l'aller, il s'est imposé au retour sur le même score avant de décrocher le titre aux tirs au but. Club Deportivo Huachipato a ainsi remporté le premier sacre de ses 65 ans d'histoire.

Colombie : la fin d'une longue attente
Le Club Deportivo Los Millonarios a mis fin à une interminable attente de 24 ans en décrochant un nouveau titre. Vainqueur de l'Independiente Medellín aux tirs au but en finale retour, il est devenu le club le plus titré de Colombie avec 14 couronnes à son actif. Comme un bonheur ne vient jamais seul, les Azules retrouveront en 2013 la Copa Libertadores après 15 ans d'absence dans la compétition continentale. "Il y a eu de la souffrance et de la transpiration, mais nous avons décroché ce titre mérité... Je le dédie à ma famille, à Dieu et aux supporters, qui ont fait preuve de patience pendant toutes ces années", confie l'attaquant Walter Cosme.

Équateur : le retour du Torero
Club ultra-populaire, le Barcelona de Guayaquil a mis un terme à une disette de 15 ans en remportant les deux volets du championnat équatorien, ce qui fait de lui le maître incontesté de cette saison. "La perspective de cette série, c'est ce qui m'a donné envie de venir ici, mais je n'aurais jamais imaginé que ce titre aurait de telles répercussions",savoure l'entraîneur argentin Gustavo Costas. Ce trophée permet au Torero de redevenir le club le plus titré du pays avec 14 sacres à son actif. L'élément-clé de ce retour en grâce a été l'attaquant Narciso Mina, auteur de 40 % des buts de son club au cours de cette campagne victorieuse. À noter qu'Emelec doit se contenter de la deuxième place pour la troisième saison consécutive.

Paraguay : un de plus pour le Gumarelo 
Libertad s'est adjugé le Torneo Clausura 2012, portant ainsi à huit le nombre de titres qu'il a remportés au cours de la dernière décennie. De son côté, le technicien uruguayen Rubén Israel a enregistré son quatrième succès aux commandes de Libertad. Le Gumarelo (16 sacres) est le troisième club le plus titré du Paraguay derrière Olimpia (39) et Cerro Porteño (29). Ces deux derniers ne sont même pas montés sur le podium cette saison. L'attaquant José Núñez a partagé le titre de meilleur buteur avec Diego Chenturión (Guaraní, 13 unités).

Pérou : le Sporting Cristal y reprend goût
Le grand Sporting Cristal a décroché le titre de champion de la saison 2012 en remportant les deux phases du championnat péruvien. Il stoppe ainsi une série de sept ans sans titre, qui égalait la pire disette de son histoire. Ce 16ème trophée a été obtenu sous la direction de Roberto Mosquera, ancienne star du club intronisé au début de l'année. "Quand je suis arrivé, j'ai dit que nous allions gagner le titre parce qu'il fallait s'engager. Maintenant, on va me demander la passe de deux, mais je ne peux pas le promettre !", tempère l'entraîneur.

Uruguay : Peñarol jouera sa carte à fond
Vainqueur du Torneo Apertura, Peñarol s'est mis en bonne position pour obtenir son deuxième titre national en dix ans. Un bilan qui n'aurait rien d'extraordinaire pour ce monstre du football uruguayen. Ce titre donnera le droit aux protégés de Jorge Polilla Da Silva d'affronter en 2013 le vainqueur de la Clausura dans la grande finale. Cela faisait 16 ans que le Carbonero n'avait pas gagné le tournoi d'ouverture. "Il faut fêter ça, mais gentiment, car notre objectif, c'est le championnat", prévient l'expérimenté Marcelo Zalayeta.

Venezuela : Anzoátegui, première
Il aura suffi de 11 ans au Deportivo Anzoátegui pour décrocher le premier titre de sa jeune histoire. Les Aurirrojos du Vénézuélien Daniel Farías ont remporté le Torneo Apertura lors de l'avant-dernière journée, devançant le grand Caracas FC d'une petite longueur. Le néophyte a réalisé un exploit historique puisqu'aucun club n'avait remporté la Coupe du Venezuela et le championnat depuis l'instauration des tournois courts.