La vie en rose pour les Aigles Rouges
© AFP

Les plus belles victoires naissent parfois dans la douleur. L'adage s'est vérifié ce 20 décembre 2012 à Koweït, où les joueurs de la sélection de Syrie ont célébré leur premier succès en Coupe d'Asie occidentale de la WAFF après avoir pourtant toutes les peines du monde à se sortir des demi-finales. La finale contre l'Irak a rappelé la situation difficile que vit actuellement la Syrie, puisque ses supporters étaient divisés en deux camps. Cela n'a pas empêché les Aigles Rouges de décrocher la victoire grâce à un dut d'Ahmad al-Salih.

"C'est la première grande compétition remportée par la Syrie et ce n'est pas un mince exploit compte tenu de notre préparation, qui n'a pas duré plus d'un mois", savoure le gardien Mosab Balhous au micro de FIFA.com. "J'étais très fier de brandir la coupe en tant que capitaine".

Ce n'était pourtant pas la première finale disputée par Balhous. Il avait mené Al-Karama en finale de la Ligue des champions de l'AFC 2006 et en finale de la Coupe de l'AFC 2009. En ces deux occasions, il a dû se contenter d'une place de dauphin, ce qui explique sa joie après la conquête de la Coupe d'Asie occidentale. "Nous étions plus déterminés que jamais à remporter ce titre", assure le portier qui a détourné trois tirs au but en demi-finale face à Bahreïn, et qui est décidé à prendre sa retraite internationale sur ce succès. "La confiance ne nous a pas fait pas défaut et je sentais après notre victoire contre Bahreïn que nous pouvions réaliser l'exploit."

Autre artisan de ce succès historique, Hamdy al-Masry a tiré les ficelles au milieu de terrain. "Nous avons très bien joué dès le début de la compétition, malgré un nombre important de nouveaux joueurs", estime-t-il. "Hosam al-Sayed et le staff technique ont réussi à créer une cohésion entre nous. J'espère que ce succès en entraînera de nombreux autres à l'avenir".

Al-Masry a signé en début de saison à Al Nafit, en Irak, et compte parmi les trois joueurs de la sélection syrienne évoluant à l'étranger. Une expérience qu’il a su mettre au service de ses coéquipiers moins chevronnés. "Sur le plan individuel, j'ai réalisé un bon tournoi", juge-t-il, convaincu également cette compétition a été l'occasion de démontrer les progrès effectués par l'équipe. "J'espère que les joueurs qui évoluent en Syrie se sont fait remarquer et qu'ils pourront découvrir d'autres championnats. Ce sera bénéfique à la fois pour eux et pour la sélection."